Histoire d'une débâcle industrielle à la française: Passage de STX France sous contrôle italien...

Photographie d'illustration

Après les activités nucléaires et ferroviaires d’Alstom, c’est au tour des anciens Chantiers navals de l’Atlantique de passer sous contrôle étranger. L’Etat français regarde un à un les fleurons industriels nationaux lui échapper.


Dans le rachat de STX France, ex-Chantiers de l’Atlantique, par le groupe italien Fincantieri, le calendrier a été respecté. Un accord a bien été trouvé pour la date butoir du 27 septembre annoncée le 1er août par Bruno Le Maire, ministre français de l’Economie, à l’issue d’une réunion à Rome avec son homologue italien, Pier Carlo Padoan, et le ministre de l’Industrie, Carlo Calenda.

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

En revanche, en ce qui concerne le contrôle par l’Etat français de ce qui fut jadis les Chantiers de l’Atlantique, Emmanuel Macron a dû manger son chapeau. Les Italiens voulaient le contrôle ou rien et n’ont jamais cédé.

Annoncé à l’occasion du 34e sommet franco-italien qui s’est tenu à Lyon le 27 septembre, l’accord prévoit la répartition suivante du capital : Fincantieri détiendra 50% de STX ; l’Etat français, 33,34% ; Naval Group, 10% ; les industriels sous-traitants, 3,66% et les salariés, 2%. Mais, en plus des 50% du capital achetés pour quelques dizaines de millions d’euros à l’Etat français, celui-ci prêtera à l’actionnaire italien 1% supplémentaire avec «droit de retour» pendant 12 ans si l'Italien ne respecte pas des engagements dont nous n'avons pas le détail, notamment en matière de maintien de l’emploi.

Un accord «gagnant-gagnant», mais un passage sous contrôle italien

Ainsi, alors qu’Emmanuel Macron a évoqué un «accord gagnant-gagnant», des sources proches des ministères italiens de l'Economie et du Développement économique citées par l’AFP ont fait remarquer que Fincantieri aurait en réalité la disponibilité directe de 51% du capital et donc le plein contrôle de la gouvernance. C’est-à-dire, entre autres, que le président et le directeur général de STX France seront choisis par les partenaires italiens et que les décisions stratégiques seront prises à Trieste, siège de la compagnie italienne.

Sans remonter jusqu’à la création, sous l’impulsion de l’Etat français, du chantier naval de Saint-Nazaire sous Napoléon III, l’histoire de ce fleuron de l’industrie navale française créé avec de l’argent public mérite un rapide rappel historique. Avec une superficie de plus de 150 hectares, il est, depuis la Seconde Guerre mondiale, le plus grand chantier naval d'Europe et l'un des plus grands du monde. Au cours de son histoire, on y a construit les célèbres paquebots Normandie, France et Queen Mary 2.

En 1976, ce qui s’appelle alors Chantiers de l’Atlantique fusionne avec le groupe français Alsthom pour devenir Alsthom-Atlantique. Mais en 2001, Patrick Kron accède à la présidence du groupe devenu Alstom sans «h» en 1998. Pour un capitaine d’industrie, il n’aime pas beaucoup les usines et devient célèbre pour sa formule «un groupe sans usines», dans la droite ligne de son prédécesseur, Serge Tchuruk, qui avait défendu l’idée d’une financiarisation de l’activité industrielle (moins d’ouvriers, plus d’opérations boursières).

La stratégie, pourtant encensée par la presse économique française, ne donne pas de résultats merveilleux. Et, en 2006, ce qui est devenu Alstom Marine fusionne – si l’on peut dire – avec le norvégien Aker Yards. La nouvelle compagnie qui doit s’appeler simplement Aker Yards est détenue à 75% par les Norvégiens tandis qu’Alstom s’engage à en conserver 25% jusqu’en 2010.

A l’époque, l’ineffable Patrick Kron plastronne en déclarant : «La mise en commun d’Aker Yards et d'Alstom Marine créera un champion sur le marché des navires haut de gamme, notamment les bateaux de croisières. Nous serions fiers de participer à son développement dans les années à venir.» 

Mais il faudra attendre moins de deux ans pour que le «champion» passe, dès octobre 2007 sous le contrôle du groupe Coréen STX, lequel donne des signes de faiblesse immédiatement après, pour cause de crise… financière. Devenu propriété de ses créanciers dont la Korean Developpement Bank, le groupe STX est vendu, à partir de 2013, en pièces détachées, notamment à l’Italien Fincantieri (déjà).

Voilà un dossier délicat que François Hollande ne va pas laisser à son successeur

En octobre 2016, c'est au tour de sa filiale française STX France d'être mise en vente par la justice sud-coréenne, qui lance un appel d'offres devant se clore début janvier 2017. Fincantieri est le seul candidat à la reprise. Mais les tractations s'étirent jusqu'en avril 2017. Dans les dernières semaines du quinquennat de François Hollande, «l'Etat français se félicite d'un accord équilibré avec Fincantieri» comme l’écrit alors Les Echos, qui ajoute plein d'espoir : «Voilà un dossier délicat que François Hollande ne va pas laisser à son successeur.»

En réalité, le bouclage de l’accord doit s’étaler jusqu’à juillet, ce qui laisse le temps au successeur d’être élu et de s’y opposer. Grâce à une nationalisation temporaire via le rachat pour 80 millions d’euros environ des 66,6% de STX France détenus par les Coréens, le nouveau gouvernement français veut se donner le temps de négocier un meilleur accord, c'est-à-dire évitant la prise de contrôle du chantier naval de Saint-Nazaire par un groupe étranger.

Une nationalisation temporaire pour négocier un «meilleur accord»

A l’époque, le gouvernement Philippe doit se défendre d’un interventionnisme d’Etat aux antipodes de l’état d’esprit plutôt libéral dont il est crédité. Et L’Express L’Expansion qui voit dans cette opération une «stratégie risquée» s’alarme en titrant : «Nationalisation de STX France : à quoi joue le gouvernement ?». Le gouvernement italien, lui n’a pas ces pudeurs. En effet, le groupe Fincantieri appartient à l’Etat italien à hauteur de 71,6%, via la Holding publique Fintecna créée en 1993 pour restructurer, mais conserver, l’outil industriel public italien.

Via Fincantieri, c'est l'Etat italien qui prend le contrôle des chantiers navals de Saint-Nazaire

La France, malgré la légende ancienne du colbertisme, semble suivre depuis longtemps une toute autre stratégie. Après la perte de contrôle, en janvier 2015, au profit de l’américain General Electric, de l’activité turbines d’Alstom, puis de la construction ferroviaire du même au profit de l’allemand Siemens, annoncée le 26 septembre, la vente de STX France écrit un nouvel épisode du feuilleton de la désindustrialisation en marche de la France. Un phénomène lourd de conséquences pour l’emploi, les savoir-faire de pointe, l’indépendance et le commerce extérieur.

Aux dernières nouvelles, celui de la France fait grise mine. Depuis 2002, il est passé d’un petit excédent de 2,6 milliards d’euros à un déficit de près de 65 milliards selon les statistiques de l’Insee. C’est la deuxième plus mauvaise performance de l’Union européenne, juste avant le Royaume-Uni, modèle libéral par excellence. L’Italie, partie à peu près du même chiffre il y a quinze ans, affiche aujourd’hui un excédent de plus de 51 milliards d’euros, en hausse constante depuis 2010. C'est la troisième meilleure performance de l’UE après les Pays-Bas (+ 60 Mds €) et l’Allemagne (+ 255 Mds €).

Par : La rédaction Doc Jean-No® - avec | francais.rt.com (Photographie d'illustration : Les chantiers navals STX à Saint-Nazaire. © LOIC VENANCE Source: AFP)

  Source  ► 

Print Friendly    Imprimer, sauvegarder en PDF, envoyer à un ami ...

Sur : Doc Jean-No

✎ Blogueur pro | « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à Doc Jean-No® .