Marseille: Non-expulsion du terroriste «C'est un problème d'idéologie» selon Alain Marsaud (Vidéo)

Photographie d'illustration

L'auteur de l'attaque au couteau était voué à l'expulsion mais il a été remis en liberté peu avant son crime, à cause de la saturation d'un centre de rétention. Un haut responsable de la lutte antiterroriste pense que l'explication est plus complexe.


➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

Sur le plateau de CNews, le chef du service central de lutte antiterroriste au parquet de Paris, Alain Marsaud, a tiré la sonnette d'alarme. «On est à la veille d'un véritable scandale politique», a-t-il lancé, évoquant le fait que l'auteur de l'attaque de Marseille , un Tunisien en situation irrégulière, n'avait >pas été expulsé malgré son passage en garde à vue  à Lyon, deux jours avant l'attentat.

«On n'expulse plus personne, y compris les dangereux, et surtout pas les gens en situation irrégulière», a-t-il poursuivi. Interrogé par une journaliste sur les raisons de ce constat, Alain Marsaud a estimé : «C'est un problème d'idéologie. Cela a commencé sous la droite.»

«On n'expulse plus personne»

Qualifiant la remise en liberté du terroriste de Marseille de «dysfonctionnement», il a poursuivi : «Je crois qu'il y a des ministres de la Justice et des ministres de l'Intérieur qui devraient répondre devant la Cour de Justice de la République [...] d'avoir mis en danger nos concitoyens [...] Ces gens-là nous mettent en danger.»

Le chef du service central de lutte antiterroriste au parquet de Paris a assuré qu'il mènerait le combat pour amener les citoyens à prendre conscience du problème.

Tunisien en situation irrégulière, et placé en garde à vue pour vol, le 29 septembre à Lyon, l'auteur de l'attaque au couteau de Marseille du 1er octobre, qui a fait deux morts et a été revendiquée par Daesh, aurait dû être reconduit à la frontière. Il a pourtant été remis en liberté.

Une source proche de l'enquête, citée par Le Parisien, a expliqué que le centre de rétention administrative (CRA) vers lequel le futur terroriste devait être envoyé était saturé. «La personne de permanence à la préfecture du Rhône, ayant autorité pour signer l'Obligation de quitter le territoire (OQTF) et le placement en centre de rétention de l'assaillant de Marseille, était absente», a encore précisé cette même source.

➤➤ A lire aussi : Ce que l'on sait de l'assaillant de Marseille: Passeport tunisien, consommateur de drogues dures (Vidéo)

Par : La rédaction Doc Jean-No® - avec | francais.rt.com (Photographie d'illustration : Haut responsable de la lutte antiterroriste, Alain Marsaud tire la sonnette d'alarme © THOMAS SAMSON / AFP )

  Source  ► 

Print Friendly    Imprimer, sauvegarder en PDF, envoyer à un ami ...

Sur : Doc Jean-No

✎ Blogueur pro | « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à Doc Jean-No® .