Les «ateliers en non-mixité raciale» du syndicat Sud Education 93 suscitent grandement la polémique

Photographie d'illustration

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, a condamné la tenue d'un stage syndical antiracisme de Sud Éducation 93. En cause, des ateliers en non-mixité" pour "les enseignant-e-s racisé-e-s".


➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

Même le ministre de l'Education national est monté au créneau. Un stage, intitulé "Au croisement des oppressions: Où en est-on de l'antiracisme à l'école" et organisé par le syndicat Sud Education 93 prévu les 18 et 19 décembre prochains, provoque la polémique. En cause, deux "ateliers en non-mixité" pour "les enseignant-e-s racisé-e-s".

Le premier est intitulé: "pratiques de classes: outils pour déconstruire les préjugés de race, de genre et de classe", et le second: "Ateliers récit d'expérience: quelle vie professionnelle pour les enseignant-e-s racisé-e-s?".

Comme l'explique Sud-éducation 93 dans son tract, le but de se stage est de "proposer des conférences et des ateliers pour se forger des outils théoriques et pratiques capables de répondre à cet enjeu pédagogique ignoré et validé par l'institution".

"Je condamne avec fermeté le projet d’une réunion syndicale triant les membres sur la base de leur origine", a tweeté Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education national qui condamne un événement "inconstitutionnel et inacceptable".

La Ligue contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) a réagi, dimanche 19 dans la soirée, condamnant les ateliers interdits aux Blancs et s'est opposé à l'utilisation du terme "racisés" pour définir les élèves et les professeurs. "Il n'existe pas d'+élèves racisés+ en France qu'il faudrait apprendre à définir et à reconnaître! Encore moins d'+enseignants racisés+ qui constitueraient un sous-groupe au sein de l’éducation nationale. Nous refusons d’étiqueter les enfants des écoles de la République et leurs enseignants en fonction de critères dignes d’une exposition coloniale", fait savoir un communiqué de l'association.

La Licra établit également un parallèle entre les termes utilisés par le syndicat et les positions défendues par le parti des Indigènes de la République (PIR). 

L'année dernière, un festival "afroféministe" organisé à La Générale avait crée la polémique car la grande majorité de ses espaces sont réservés aux femmes noires ou "racisés". L'évènement accusé d'être "interdit aux blancs" ou de renforcer le communautarisme a donc suscité des réactions indignées aussi bien de l'extrême droite que des associations de lutte contre le racisme et les discriminations.

Par : La rédaction Doc Jean-No® - avec | www.francesoir.fr (Photographie d'illustration : Archives )

  Source  ► 

Print Friendly    Imprimer, sauvegarder en PDF, envoyer à un ami ...

Sur : Doc Jean-No

✎ Blogueur pro | « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à Doc Jean-No® .