Me Dupont-Moretti avocat d’Abdelkader Merah

Le verdict du procès d’Abdelkader Merah ayant été prononcé par la Cour d’Assises spéciale de Paris le 2/11/2017, et bien qu’il y ait eu appel, je peux désormais, sans que cela ne puisse être utilisé par Maître Dupont-Moretti pour assister son client, lui adresser le fond de ma pensée, sous la forme d’une lettre ouverte. Mais qui suis-je pour m’adresser à lui ? Vous comprendrez en lisant ce qui suit :

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

Me Dupont-Moretti,

J’en ai connu des avocats qui s’emploient systématiquement à « secouer » les policiers venant témoigner à la barre de leur enquête lors de procès d’assises, dans le seul but de jeter le discrédit sur leur travail (alors que la procédure a nécessairement été validée par la Chambre de l’Instruction), l’idée étant de faire naître le doute dans l’esprit des jurés. C’est d’ailleurs devenu un sport national, que d’inverser les rôles, et que de faire passer l’accusé pour une victime des forces de l’ordre.

Et après tout, ce n’est plus mon affaire.

J’en ai connu aussi, des avocats qui se jettent sur un dossier dès lors qu’il est susceptible d’avoir une résonance médiatique, dans l’espoir d’augmenter leur « cote » et/ou d’accroître leur clientèle. Personne ne va les en blâmer…

Et là non plus, ce n’est pas mon affaire.

Je n’en ai pas connu, d’avocats capables de balancer les noms des policiers témoignant anonymement pour préserver leur sécurité ou leur couverture dans un procès d’Assises lié au terrorisme, et pour cause : il s’agit là de dispositions nouvelles. Vous êtes, en somme, un précurseur en la matière. Permettez-moi de me sentir solidaire, ayant exercé pendant 20 ans dans les rangs de la police nationale, de mes collègues assassinés par les terroristes islamistes de la trempe de votre client en considérant que vos méthodes sont à la fois irresponsables et scandaleuses.

Mais au final, ce n’est toujours pas mon affaire.

Je n’en ai toujours pas connu, d’avocats capables de balancer le nom d’une personne qui n’a rien à voir avec l’affaire lors d’un procès lié à la mouvance islamiste. C’est pourtant ce que vous m’avez fait au cours du procès d’Abdelkader Merah le 06/10/2017 (ce qui m’a été confirmé par une journaliste de TF1), en pleine audience publique, insistant sur un article dans lequel j’ai dénoncé le favoritisme dont a fait preuve la mère de Mohamed Merah dans l’attribution d’un logement social dans un foyer de Tremblay en France pour se rapprocher de son fils détenu – votre client. Vous avez osé utiliser cette information pour interroger l’un des policiers appelés à la barre, laissant supposer que je pourrais le connaître, et attiré ainsi l’attention d’individus dont la dangerosité est évidente sur ma personne. Face à sa réponse négative, vous avez ajouté « on en reparlera ».

Et là, c’est clairement mon affaire.

Votre gouaille, vos effets de manche, votre axe et votre stratégie de défense, sachez que je m’en moque éperdument. Mais en me citant, sans que je ne sois à même de pouvoir répondre, vous avez outrepassé votre rôle. Cela n’a d’ailleurs servi à rien d’autre que de m’exposer encore plus que je ne le suis, sans avoir un quelconque intérêt pour la défense de votre client.

En ce sens, vous avez, tout en vous retranchant derrière la liberté de parole qui sied aux avocats de la défense, commis un acte politique, lequel appelait nécessairement une réponse que j’ai délibérément différée afin que vous ne puissiez en faire état d’une manière ou d’une autre au cours des débats.

Contrairement à moi, ou à mes collègues ayant participé à l’enquête (que je ne connais pas) que vous avez délibérément mis en danger, vous ne risquez rien. Vous avez su au contraire vous attirer la sympathie de ceux qui ont juré notre perte, probablement à des fins mercantiles.

Il y aura un autre procès, puisque la première condamnation de votre client a été frappée d’appel. Une nouvelle épreuve pour les familles de victimes, ce dont, je n’en doute pas, vous vous contrefichez complètement. Je ne saurai trop vous conseiller lors de celui-ci d’oublier mon nom, bien que le mal est fait, et de vous limiter aux règles de droit que vous prétendez chérir, sans aller chercher sur les réseaux sociaux de quoi alimenter votre fonds de commerce au détriment de la sécurité d’autrui. Car comme vous le savez fort bien, si tous les admirateurs de la famille Merah étaient sur le banc des accusés, il faudrait réquisitionner le stade de France pour les asseoir.

Soyez en outre assuré de ma mémoire indéfectible concernant ce que vous avez osé faire, et que l’on peut qualifier de « coup de pute », formule dont la vulgarité n’a d’égal que la clarté de ce qu’elle exprime.

, 45 ans, ancien policier, président de l’Association ANDELE, adhérent au Siel.

La rédaction Doc Jean-No® - Par : Sébastien Jallamion | ripostelaique.com (Photographie d'illustration : Me Dupont-Moretti, avocat d’Abdelkader Merah )

  Source  ► 

Print Friendly    Imprimer, sauvegarder en PDF, envoyer à un ami ...

Sur : Doc Jean-No

✎ Blogueur pro | « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à Doc Jean-No® .