Canada : Le soutien de Trudeau aux Islamistes

Photographie d'illustration

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, soutient la cause islamiste depuis neuf ans, tout en refusant le dialogue avec les musulmans réformistes.
Photo : (europe-israel.org)


Les déclarations de Trudeau à une convention de groupes islamistes radicaux ont eu un caractère préoccupant : il a affirmé partager leurs croyances, les valeurs qui les unissaient et leur vision du monde.

Le Canada ne pourra pas plaider l’ignorance ou l’impuissance s’il est accusé de complicité par toute future victime américaine du terrorisme.


Depuis neuf ans, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, soutient ouvertement la cause islamiste, refusant tout dialogue avec les musulmans réformistes. Concernant le retour des combattants de l’Etat Islamique au Canada, Trudeau a affirmé qu’ils représenteraient une « voix puissante en faveur de la déradicalisation », traitant d’ « islamophobes » ceux qui s’opposent à leur retour.Le gouvernement du Canada a aussi fait le choix de ne pas envoyer le nom de ces terroristes islamistes au comité de l’ONU qui tient la liste des djihadistes internationaux.

De nombreux Canadiens (et d’ autres) commencent à trouver déraisonnables, pour ne pas dire délirantes, les positions de Trudeau sur la déradicalisation et la réintégration combattants de l’Etat islamique. Aucun responsable n’a été nommé à la tête du Centre d’engagement communautaire et de déradicalisation du Canada, lequel ne dispose d’ailleurs d’aucun local, ni de plans pour un éventuel programme de déradicalisation à l’intérieur ou à l’extérieur de la sphère publique. La loi canadienne ne parait pas en mesure non plus d’obliger un combattant de l’EI à s’inscrire à un tel programme, pour peu qu’il finisse par voir le jour. En France, un programme similaire parrainé par le gouvernement s’est avéré être un échec.

La position du Canada sur la réclusion des combattants de l’EI de retour au pays est également peu claire. Aucun d’eux n’a semble-t-il, eu à répondre de ses actes. Nul ne semble savoir non plus combien ils sont. Des estimations faites en 2015 tablaient sur le retour d’une soixantaine de djihadistes. Et le gouvernement canadien tenter d’affirmer aujourd’hui que ce nombre n’a pas varié depuis 2015, alors que l’EI s’est effondré depuis quelques mois.

Certaines déclarations du premier ministre Trudeau sur la « neutralité responsable » que les élus du Canada doivent adopter face aux violences conjugales et aux mutilations génitales féminines, rendent plus gênantes que jamais ses positions actuelles sur les miliciens de l’Etat islamique. Les propos tenus par Trudeau à une convention de groupes islamistes particulièrement radicaux – il a affirmé partager leurs croyances, les valeurs qui les unissaient et leur vision du monde – sont aussi très préoccupants. L’entretien qu’il a accordé en 2014, au journal Sada al-Mashrek, basé à Montréal – il n’était alors que député – laissait déjà présager le pire. A ce journal connu pour son Khomeynisme et son soutien à l’Iran (ainsi qu’au Hezbollah), Trudeau a déclaré qu’il mettrait en place un programme spécial d’immigration plus ouvert aux « musulmans et aux arabes ».

L’importance de l’extrémisme islamiste au Canada se   [...]

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

.

 

Print Friendly    Imprimer, sauvegarder en PDF, envoyer à un ami ...

Sur : Doc Jean-No

✎ Blogueur pro | « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à Doc Jean-No® .