L’université de Nantes partagée entre zone libre et zone occupée par les migrants

Photographie d'illustration

Pour l’extrême-gauche, l’installation d’un squat de migrants clandestins dans l’université de Nantes fin novembre – le sous-sol du bâtiment de la Censive (Lettres) et le château qui abritait jadis le siège administratif – se justifiait par la nécessité pour les migrants – pardon, des « exilés » – d’accéder aux enseignements, puisque pour l’extrême-gauche, ils seraient mineurs.
Photo : (ripostelaique.com)


Mais voilà, le conseil général ne reconnaît pas leur minorité. Alors que l’Université vient de reculer une fois de plus leur expulsion et tout porte à croire que les squatteurs clandestins resteront sur place jusqu’au printemps, une AG vient de donner le détail des « enseignements » qu’ils suivront.

Une AG a eu lieu en Censive le 29 janvier dernier ; elle a conclu à la nécessité d’un programme « scolaire », d’ores et déjà constitué de soutien psychologique (2 février), de récupération de la nourriture en allant, comme le fait l’extrême-gauche locale une fois par mois, fouiller les poubelles du marché de la Petite Hollande (3 février 13 h), de redécoration des murs du château au nom de la création artistique (3 février), de cuisine de pâtes fraîches (5 février) etc. On est loin du programme scolaire classique !

La zone de non-droit s’étend : un nouveau squat de clandestins à Orvault

Pis encore, dans les activités envisagées par l’AG on trouve aussi, au milieu de cours d’arabe et de djembé ou « d’accompagnement dans les associations » pro-immigrationnistes locales, une autre activité bien curieuse : « repérage/ouverture squats ». Il faut croire que les exercices pratiques ont déjà commencé puisqu’un squat de migrants soi-disant « mineurs » a été ouvert par le collectif de soutien aux MIE [mineurs isolés étrangers], proche de l’ultra-gauche locale, il y a quelques jours rue d’Arbois, dans un quartier résidentiel près du Cardo (Orvault), au nord de Nantes. La maison était vide depuis plusieurs années suite à un conflit d’héritage.

Ce squat vient s’ajouter à ceux qui existent à Rezé, aux Dervallières, à Chantenay ou encore près de la Moutonnerie (Doulon). « Vu le quartier, ça doit faire un choc aux habitants », commente un habitant historique des environs. « La rue d’Arbois est encore sous statut de lotissement privé, avec des habitants très pointilleux qui ne supportent pas que d’autres passent dans leur rue, pourtant entretenue par la collectivité ». Les voilà servis ! « Surtout, c’est un quartier très résidentiel, qui a voté Macron à fond, le genre, »oui à l’immigration et à l’enrichissement, mais pas dans notre jardin ! ». C’est une forme de justice immanente », ricane notre source. Et une forme d’enfer aussi pour les riverains qui n’ont rien demandé.

En tout cas, les habitants du squat, s’ils sont effectivement étrangers, « ne sont pas du tout mineurs », selon des riverains que nous avons interrogés. « Oui, j’en ai vu passer, ils sont du genre somalien », nous explique l’un d’eux. Un autre confirme « ils ne sont pas du tout mineurs, plutôt dans les 20-25 ans, pas étonnant que le Conseil Général n’ait pas voulu reconnaître leur minorité, et pourtant là-dedans ça ne manque pas de pro-migrants, mais trop c’est trop ! Ils ont plutôt le genre aussi à ne pas se tenir tranquilles, surtout vis à vis des femmes » et nous explique qu’il va « prendre les mesures qui s’imposent pour   [...]

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

.

 

Print Friendly    Imprimer, sauvegarder en PDF, envoyer à un ami ...

Sur : Doc Jean-No

✎ Blogueur pro | « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à Doc Jean-No® .