Le site Docjeanno® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

« Justice » : Islamisme. Ces pères radicalisés qui gardent leur droit de visite ! ~ DJN®

 (Photographie d'illustration)

Une femme de 32 ans a été condamnée, vendredi, par le tribunal correctionnel de Versailles (Yvelines), à une peine de six mois de prison avec sursis.

 

La justice lui reproche d’avoir produit de faux certificats médicaux attestant que sa fille de deux ans et demi était hospitalisée, faux qu’elle avait élaborés afin d’éviter de confier l’enfant à son ex-mari pour le week-end. Le jeune père avait téléphoné à l’hôpital et appris que la petite n’y avait jamais mis les pieds.

La mère a expliqué à la barre du tribunal :

« Mon ex-mari fréquente une association musulmane radicale à Lille. J’ai fait ces faux parce que j’étais au pied du mur. J’ai dénoncé la situation à la police qui m’a dit que, s’il ne déposait pas de bombe et ne partait pas en Syrie, on ne pouvait rien faire. »

Son avocat indique que sa cliente isolée était effrayée par la menace terroriste. Il évoque son ex-mari comme un homme adepte de la polygamie, qui forçait sa cliente à porter le voile, l’empêchait de se maquiller et d’écouter de la musique. L’avocat produit même une attestation de l’imam de Trappes expliquant que le jeune homme était inquiétant, « qu’il mangeait ou buvait des feuilles du Coran et s’interdisait de manger du fromage “Caprice des Dieux” parce que le mot Dieu était inscrit dessus. »

Le père raconte qu’il souffre de ne plus voir sa fille et dénonce une série de calomnies portées contre lui. Son avocat assure que, converti à l’islam, il est un père aimant et attentionné. Il rappelle que les trois enquêtes auxquelles il s’est soumis, menées par les juges des affaires familiales et un juge pour enfants, ont « plutôt » penché en sa faveur.

Cette décision de justice n’est, malheureusement, pas unique en son genre. En 2015, Le Figaro Madame publiait déjà un article sur le sujet : « Ces femmes qui ont vu leur compagnon se radicaliser ». Voilà ce qu’expliquait, alors, Océane : « Je suis révoltée contre la justice française car le juge a accordé un droit de visite au père. » Pourtant, après la naissance de leur fille, son ami coupe les têtes des poupées, proscrit les jouets et les berceuses, impose le voile à l’enfant. « Il me disait qu’il préférait mourir plutôt que de la laisser aller tête nue à l’école. Qu’il faudrait quitter la France lorsqu’elle aurait cinq ans. » Malgré les photos de sa fille voilée et des textos lui intimant de lui montrer des vidéos violentes, le juge a privilégié la liberté de conscience. Aussi Océane préfère risquer de voir sa fille placée plutôt que de la laisser à son ex-compagnon pour le week-end : « L’enfant a une interdiction de sortie de territoire, mais il peut prendre la voiture, faire un faux passeport. Je ne veux pas que ma fille se retrouve en Syrie ou au Yémen. »

Aurélie, elle, était déjà séparée lorsqu’elle a constaté la radicalisation de son ex-mari à son retour de Tunisie : « Il n’avait plus le droit de me regarder, il était marqué au front à force d’avoir prié. Il voulait interdire à ma fille d’aller à l’école et a essayé de me convertir », indique-t-elle. La petite lui explique à mi-mot que son père « l’oblige à porter le niqab et à prier quand il la garde ». « Un jour, il a explosé et m’a dit qu’il allait l’enlever pour qu’elle ne soit pas élevée par une mécréante. » Durant les deux dimanches par mois réservés à la garde du père, elle vit dans l’angoisse qu’il ne prenne l’enfant et quitte la ville : « Les travailleurs sociaux ne connaissent pas le sujet et ne sont pas formés, ils me disent que j’exagère », confie-t-elle. Aurélie attendait la prochaine audience du tribunal « la boule au ventre », « sans être sûre de gagner ».

Ainsi, le gouvernement nous explique que nous sommes en guerre contre le terrorisme islamiste mais sa justice, elle, admet de manière incompréhensible le droit de visite des pères radicalisés… Et comme les frontières ne sont pas surveillées, la possibilité d’enlèvement des enfants par la même occasion…  bvoltaire.fr

Par : La rédaction Doc Jean-No® - avec Déborah |europe-israel.org ...

Source :   europe-israel.org  ► 


✎ Blogueur pro « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr