Le site Docjeanno® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Porte de la Chapelle: le campement de migrants évacué vendredi recommence déjà à se reformer!

 (Photographie d'illustration)

« Plus de 250 personnes » ont été recensées dimanche dans les divers campements porte de la Chapelle, selon Pierre Henry, président général de France Terre d’asile.


L’évacuation de près de 2 800 à peine terminée vendredi, plus de 200 Afghans et Soudanais ont recommencé à s’installer, lundi 10 juillet, aux alentours du centre de premier accueil porte de la Chapelle, dans le nord de Paris.

« Plus de 250 personnes » ont été recensées dimanche dans les divers campements de ce quartier populaire, selon Pierre Henry, président général de France Terre d’asile. « On était à 300 petits-déjeuners hier [dimanche] et on devrait en faire autant aujourd’hui [lundi] », témoigne Francoise Davisse, du collectif Solidarités Migrants Wilson, qui distribue chaque matin pain et thé aux abords du centre de la porte de la Chapelle.

A 9 h 30, une file d’hommes patientait devant les tréteaux dressés sous un pont, à l’abri de la pluie, a constaté une journaliste de l’Agence France-Presse. Quelques tentes sont installées sur les trottoirs, des hommes dorment entre les blocs de pierre du boulevard Ney, à l’endroit même où le campement a été évacué vendredi.

« Avant la fin du mois, ils seront mille »

« Il y a des nouveaux, et d’autres, qui reviennent des gymnases [où ils avaient été logés vendredi] parce que c’était trop excentré ou qu’ils voulaient retrouver des gens qu’ils connaissent », explique Mme Davisse, pas surprise de ce phénomène. « Avec l’été, on sait qu’il y a plus de monde, dit-elle. Avant la fin du mois, ils sont mille. »

Hamza, un Soudanais de 25 ans, est arrivé la veille de Vintimille. « On m’avait dit qu’ils prendraient les gens pour leur donner un abri, mais je suis arrivé trop tard », raconte-t-il, installé sous les voies de l’autoroute A1. « Cela fait une semaine que je ne me suis pas lavé. Je veux demander l’asile, mais j’ai mes empreintes en Italie  », ajoute le jeune homme qui s’interroge : « C’est comme ça la France ? »

Les évacués vendredi ont été mis à l’abri en Ile-de-France, notamment dans des gymnases. Cette grosse opération, a 34e en deux ans à Paris , intervenait deux mois après l’évacuation de 1 600 personnes au même endroit, le 9 mai. « Je suis ici depuis un mois mais j’ai raté l’évacuation vendredi, j’étais à Nanterre », dit Rachid, un Afghan. « Moi j’avais rendez- vous  », raconte Morseid, un autre Afghan qui dort « près de la gare de l’Est ».

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a appelé à l’ouverture d’autres centres en région, et mercredi le gouvernement doit présenter un plan sur l’asile et l’immigration.

 

 

Par : La rédaction Doc Jean-No® - avec Le Monde.fr & AFP | www.lemonde.fr/societe/ (Photographie d'illustration : Lors de l’évacuation du campement de La Chapelle, le 7 juillet 2017. PASCAL ROSSIGNOL / REUTERS )

  Source  ► 


✎ Blogueur pro « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr