Le site Docjeanno® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Djihadistes détenues en Syrie : une plainte déposée contre l’Etat pour détention arbitraire

Photographie d'illustration

Les avocats des djihadistes françaises et leurs enfants arrêtés en Syrie par les Kurdes ont fait savoir dans un communiqué qu’ils attaquaient les autorités françaises pour «détention arbitraire» et «abus d'autorité».


Les avocats des femmes djihadistes et de leurs enfants détenus en Syrie vont porter plainte contre les autorités françaises. Les médiatiques défenseurs des candidates au retour, Marie Dosé, William Bourdon, Martin Pradel et Marc Bailly, s'en expliquent dans un communiqué publié le 17 janvier. Ils affirment que «le Kurdistan syrien n'ayant aucune existence légale et ne disposant par là même d'aucune institution souveraine, ces femmes et ces enfants sont tous détenus sans droit ni titre». Les familles sont en effet retenues au Kurdistan syrien ou au Rojava, un état auto-proclamé le 12 novembre 2013 sans que la communauté internationale ni la Syrie ne le reconnaissent.

Les avocats insistent sur le fait que «toutes ces femmes font l'objet de poursuites judiciaires en France, d'un mandat de recherche ou d'un mandat d'arrêt français, et qu'elles acceptent de faire face à leur responsabilité pénale dès leur arrivée sur le territoire français». Selon eux, «les autorités françaises seraient parfaitement informées» de leur présence et «feraient délibérément le choix de s'abstenir de toute intervention».

Ils estiment que les autorités françaises «contribuent à la poursuite de ces détentions arbitraires» et «exposent en outre ces mères et ces enfants à des risques évidents, notamment sur le plan sanitaire, dans une zone de conflit». Ils demandent également au parquet d'ouvrir une enquête préliminaire.

Leur communiqué fait écho aux propos de Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement. Il avait déclaré le 4 janvier sur BFMTV que les djihadistes femmes capturées au Kurdistan syrien seraient «jugées là-bas» si les «institutions judiciaires sont en capacité d'assurer un procès équitable» avec des «droits de la   [...]

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

.

 

✎ Blogueur pro « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr