Le site Docjeanno® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Les médias russes dans le viseur de la République ? Le porte-parole du gouvernement répond «oui»

Photographie d'illustration

Après l'annonce présidentielle d'une loi destinée à contrer la propagation des fake news, Benjamin Griveaux a enfoncé le clou, défendant l'accès à des «informations propres, sourcées, fiables» et fustigeant les «médias de propagande».


Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, ne pouvait que confirmer l'esprit de la prochaine loi sur les fausses informations, annoncée le 3 janvier 2017 par Emmanuel Macron lors de ses vœux à la presse. «On se rend compte qu'avec ces réseaux sociaux, il y a des diffusions de mauvaises informations, d'informations fausses qui peuvent perturber des opérations de vote», a réaffirmé, à la suite du chef de l'Etat, Benjamin Griveaux, le 4 janvier 2017 sur BFMTV, au micro de Jean-Jacques Bourdin. Et de poursuivre : «Pour avoir un débat démocratique serein, sincère, il y a évidemment les journalistes, mais il y a besoin de pouvoir avoir des informations propres, sourcées, fiables».

«Je crois que c'est dans l'intérêt à la fois des médias et puis de la démocratie et puis des électeurs», a-t-il encore ajouté. Conclusion donc, si l'on suit les méandres de ce verbatim : le blocage d'une partie des sources d'informations au sens large (sites, blogs ou encore internautes disposant d'une audience), jugées non fiables ou non «propres», serait «dans l'intérêt des médias et puis de la démocratie et puis des électeurs».

« Vous parlez des Russes »

Et quelles seront les modalités de cette loi ? «[La censure] peut passer par les hébergeurs, par les diffuseurs, par ceux qui sont les producteurs de ces informations fausses. Et puis nous avons aussi [...] des médias qui sont des médias de propagande et non pas de journalisme, je pense à des médias qui sont détenus par des gouvernements étrangers», a précisé Benjamin Griveaux. «Vous parlez des Russes», est alors intervenu Jean-Jacques Bourdin, affirmatif. «Oui», a sobrement confirmé le porte-parole, sans donner plus de précisions. Le 3 janvier, le président de la République avait pourtant, lui, pris soin de ne désigner nommément aucun média susceptible d'être concerné par  / ...

.

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

.

 

Pour des raisons technique et financière, indépendantes de ma volonté, momentanément et pour un temps non défini, je me contenterai de relayer les liens des articles ....    Merci de votre compréhension, bien à vous !

✎ Blogueur pro « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr