Le site Docjeanno® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Pourquoi les journalistes acceptent-ils de faire relire leurs papiers par les interviewés (politiques)?

Photographie d'illustration

MEDIAS Ce lundi, « La Voix du Nord » a décidé de mettre fin à la pratique de relecture des papiers par les personnalités interrogées…



  • Des journalistes et politiques ont expliqué l’intérêt de cette relecture.
  • « La relecture est devenue un exercice de réécriture pour la plupart », regrette Patrick Jankielewicz, rédacteur en chef à La Voix du Nord dans l’édito de lundi.

« A quoi bon publier des propos polis, lissés, rabotés, aseptisés par des communicants ? » Dans un édito remonté ce lundi, Patrick Jankielewicz, rédacteur en chef à La Voix du Nord, a fait part d’une décision radicale : dorénavant, aucune relecture des papiers par les personnalités interrogées avant parution, ne seront autorisées. « Jusque-là, explique-t-il, comme la quasi-totalité de nos confrères, nous acceptions cette relecture sous prétexte que la parole d’un ministre a quasiment force de loi. Mais si certains des interviewés jouent le jeu en corrigeant à la marge des aspects techniques, la relecture est devenue un exercice de réécriture pour la plupart. »

Un coup de gueule qui a suscité de nombreuses réactions, du côté des politiques, tout comme du côté des journalistes. Mais en quoi consiste exactement cette pratique ? Et surtout, que révèle-t-elle des relations entre les médias et la classe politique ?

Eviter les contresens et les raccourcis

Pour Alexis Lévrier, historien de la presse et auteur du livre Le contact et la distance, le journalisme politique au risque de la connivence ( éditions Les petits matins), la pratique de la relecture consiste en « un pacte tacite entre la classe politique et les médias de la presse écrite. Introduire des précisions ou discuter des questions de style a pendant longtemps été relativement normal et acceptable ». Sur Twitter, Nicolas Chapuis, l’un des chefs du service politique du Monde, a expliqué son éventuel intérêt, sans en   [...]

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

.

 

✎ Blogueur pro « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr