Le site Docjeanno® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Photographie d'illustration

Un système s’effondre. Mais la classe politique établie n’est d’accord que sur une chose : éviter les élections. Elle a trop peur que la parole du peuple ne s’exprime.
Photo : (bvoltaire.com)


Mme Merkel et M. Schulz sont contents. Par leur faute, l’Allemagne n’a plus de gouvernement depuis quatre mois. Mais ils viennent de signer un pré-accord de gouvernement. Celui-ci doit être soumis à un référendum des militants socialistes. Chez les chrétiens-démocrates, dirigés par une dame Merkel qui déteste tout ce qui vient de la base, il n’y aura pas de consultation.

Aux dernières élections législatives fédérales, le SPD de M. Schulz n’a eu que 20,1 % des voix et la CDU/CSU conduites par Mme Merkel n’a eu que 32,93 % des suffrages exprimés. 24 % des Allemands n’ont pas voté. La majorité des deux principaux partis est infime. De plus, l’AfD, hostile à l’immigration de masse, a bondi à 12 % et devient le troisième parti allemand. Ce parti est diabolisé arbitrairement (ses équivalents autrichien, suisse et norvégien sont au gouvernement dans leurs pays et n’ont pas produit de catastrophe). Mme Merkel et M. Schulz ont décidé de gouverner ensemble avec des idées totalement opposées, notamment en économie. L’autre solution serait de provoquer des élections, mais les oligarques au pouvoir ont peur d’être désavoués par le peuple au profit de l’AfD (Alternative pour l’Allemagne).

Le problème de l’Allemagne oligarchique actuelle est d’avoir été bâtie dans la crainte du peuple. Seule la Bavière a mis en place, après la guerre mondiale, des référendums d’initiative populaire sur le modèle suisse parce que les juristes qui ont écrit la Constitution bavaroise étaient en exil en Suisse à l’époque du IIIe Reich. Il a fallu attendre la réunification pour que la démocratie directe soit inscrite dans les Constitutions des autres Länder. Les Länder créés en Allemagne de l’Est en bénéficièrent tout de suite. Le raisonnement des Allemands de l’Est était : nous avons vécu sous un régime communiste où le parti prétendait être le peuple. Nous ne voulons pas que cela recommence même si, à l’Ouest, il y a le multipartisme. Nous voulons pouvoir, par le référendum d’initiative populaire, nous opposer à des lois votées par un Parlement au mépris des choix populaires. Ce fut paradoxal. Dans les anciennes villes communistes, on pouvait s’opposer à des décisions des partis élus au Parlement. À l’Ouest, on ne pouvait pas. Peu à peu, les Constitutions des Länder de l’Ouest se sont alignées sur celles de   [...]

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

.

 

✎ Blogueur pro « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr