Le site Docjeanno® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Le chômage après une démission ? La promesse d’Emmanuel Macron ne concernera quasiment personne

Photographie d'illustration

Pouvoir bénéficier de l’allocation chômage après un départ volontaire était une promesse présidentielle très attendue. Mais son obtention est soumise à tant de conditions que seuls 2% des démissionnaires seront concernés.
Photo : (© Philippe Huguen Source: AFP)


«Nous ouvrirons les droits à l'assurance-chômage aux salariés qui démissionnent.» Cette promesse présidentielle d’Emmanuel Macron créait un précédent, qui pouvait intéresser chaque année un million de salariés quittant volontairement l’entreprise dans laquelle ils étaient employés. Or les conditions d'octroi de cette nouvelle indemnité pour démissionnaires, l’allocation d’aide au retour à l’emploi projet (Arep), ont été dévoilées : elle ne sera attribuée qu’à entre 14 000 et 23 000 personnes chaque année, soit 2% de ces salariés sur le départ.

➤➤  Retrouvez le : « Moteur de recherche emplois formation »

Les partenaires sociaux, patrons et syndicats se sont rencontrés pour s'entendre sur les contours de ces nouveaux droits. L'Unedic, le gestionnaire de l'assurance chômage, a ensuite publié l'«accord national interprofessionnel du 22 février 2018 relatif à la réforme de l’assurance chômage», qui a dépouillé l'AREP des ambitions affichées.

Il n'est plus question de cinq ans, mais de sept ans, qui devront constituer une durée d’activité ininterrompue préalable. Ce qui exclut d’emblée les salariés les plus jeunes et ceux qui ont connu des périodes de chômage, même courtes.

« Un projet d’évolution professionnelle »

En outre, comme il était prévu, l’allocation ne sera accordée qu’à des salariés en désir de reconversion, qui vont changer d'orientation professionnelle. Le document précise également que «la décision de démissionner doit donc être préparée et se faire sur la base d’un projet d’évolution professionnelle suffisamment élaboré». A tel point qu’une commission sera chargée d’évaluer le sérieux du projet, et de délivrer une «attestation», éliminant encore davantage de candidats.

Pôle emploi devra ensuite vérifier la bonne marche du projet, et   [...]

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

.

 

✎ Blogueur pro « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr