Immigration: Collomb prône une action «en amont» contre les réseaux de passeurs

Photographie d'illustration

IMMIGRATION Après un passage en Algérie, le ministre de l’Intérieur assistera ce vendredi à une réunion Europe-Afrique au Niger, consacrée à la lutte contre ces réseaux…
Photo : (RYAD KRAMDI / AFP)


Il a fait de la lutte contre l'immigration irrégulière une priorité avec 303 filières démantelées l’an dernier. Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, qui a entamé jeudi soir une visite de trois jours au Niger, a prôné une action « en amont » contre les passeurs, avant une réunion Europe-Afrique vendredi consacrée à la lutte contre les réseaux.

« Nous devons lutter » contre ces réseaux « par une action en amont, au plus près des pays d’origine et de transit des migrants », a déclaré au Figaro Gérard Collomb.

Il s’agit de « renforcer les coopérations avec l’Afrique »

La réunion de Niamey, qui rassemblera des représentants africains (Tchad, Mali, Burkina-Faso, Mauritanie, Côte d’Ivoire, Guinée, Sénégal et Libye) et européens (Allemagne, Italie, Espagne et UE), permettra de parler de « l’appui (…) à apporter aux pays d’Afrique pour les aider à mieux se coordonner pour démanteler les réseaux de trafiquants d’êtres humains », a assuré Gérard Collomb dans l’édition de vendredi du quotidien. Il s’agit de « renforcer les coopérations avec l’Afrique », a-t-il ajouté, en se félicitant que le Niger ait commencé à « barrer la route du Nord qui traversait le Sahara pour aller en Libye ».

La conférence s’inscrit dans la logique des « pactes migratoires » initiée au sommet de La Valette en 2015, pour corréler soutien européen et lutte des pays africains contre l’immigration irrégulière. Après les sommets UE-Afrique d’août 2017 à Paris et de novembre à Abidjan, la conférence de Niamey permettra « un premier bilan » des mesures initiées -- formation des forces de polices et de gendarmerie, aide au contrôle des frontières et créations de fichiers d’identité notamment.

Constituer « un véritable état civil dans les pays africains »

Gérard Collomb a particulièrement plaidé pour « la constitution d’un véritable état civil dans les pays africains », nécessaire pour que ceux-ci émettent les documents permettant à la France de leur renvoyer leurs ressortissants en situation irrégulière.

En 2016, seuls 46 % de ces « laissez-passer consulaires » ont été délivrés à temps pour permettre une expulsion, selon un récent rapport du Sénat. Avec une durée maximale de rétention de 45 jours « il est illusoire d’imaginer pouvoir recueillir à temps ces documents », a martelé Gérard Collomb, qui a défendu l’allongement à 90 jours (voire 135 en cas d’obstruction) du délai prévu par son   [...]

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

.

 

Print Friendly    Imprimer, sauvegarder en PDF...

Sur : Doc Jean-No

✎ Blogueur pro | « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à Doc Jean-No® .