Le site Docjeanno® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Législatives en Italie : quatre ténors en lice et une issue incertaine

Photographie d'illustration

Si aucune coalition majoritaire ne sort élections législatives du 4 mars en Italie, l'UE pourrait connaître une période de turbulences. Renzi, di Maio, Salvini ou encore Berlusconi, de retour à 81 ans... qui sont les protagonistes de ce scrutin ?
Photo : (Photos ©Reuters/Tony Gentile/Remo Casili)


Le 4 mars 2018, les Italiens doivent élire quelque 315 sénateurs et 630 députés, après la dissolution du Parlement prononcée le 28 décembre dernier, un peu plus d'un an après l'échec retentissant en décembre 2016 du référendum porté par l'alors président du Conseil, le pro-Union européenne (UE) Matteo Renzi.

A la veille du scrutin, quatre figures se distinguent.

Avec la mise en retrait de l'humoriste Beppe Grillo, fondateur du Mouvement cinq étoiles (M5S) en 2009, c'est son protégé, Luigi di Maio, qui a pris sa place en septembre 2017. Ce dernier se trouve à la tête d'un mouvement qui caracole en tête des sondages italiens. Mais la principale faiblesse du M5S, qui se présente comme anti-système, est de refuser, assez logiquement, toute alliance avec les autres partis. Or, dans le système parlementaire italien, l'accession au pouvoir est pratiquement impossible sans disposer d'une coalition. Malgré une modération récente, concernant la pertinence d'un référendum sur la sortie de l'Italie de l'eurozone, le M5S reste   [...]

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

.

 

✎ Blogueur pro « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr