Le site Docjeanno® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Les tensions dans les universités risquent-elles de faire boule de neige?

Photographie d'illustration

ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Alors que les examens approchent et que la réforme de l'enseignement supérieur commence à s'appliquer, des blocages et des violences ont lieu dans certaines facs...
Photo : (SYLVAIN THOMAS / AFP)



  • Des incidents et des blocages se multiplient dans les facs.
  • L’Unef y voit une montée de la grogne des étudiants contre la loi réformant l’université.
  • Mais la Fage n’y croit pas.
  • Le ministère reste vigilant face à la tournure que pourrait prendre les évènements.

Assiste-t-on à une flambée de fièvre dans les universités ? La question se pose au regard de plusieurs évènements. D’une part, après les violences perpétrées par des hommes cagoulés à la faculté de droit de Montpellier envers des grévistes jeudi dernier. À la suite de cela, l’université a été fermée jusqu’au 3 avril. Toujours à Montpellier, un « blocus illimité » a été voté mardi à l’université Paul Valéry contre la loi sur l’orientation et la réussite des étudiants (ORE), qui selon les étudiants, va se traduire par une sélection à l’entrée de l’université.

Mais ce n’est pas tout. L’université Jean-Jaurès de Toulouse est bloquée depuis un mois, une partie des étudiants et les personnels sont mobilisés contre le projet de fusion des universités toulousaines, mais aussi contre la loi ORE. Un administrateur a été nommé pour tenter de déverrouiller la situation.

Des blocages parfois ponctuels

L’atmosphère est également électrique sur le site Tolbiac de Paris-I, dont une partie est bloquée depuis plusieurs jours par des étudiants demandant le retrait de la loi ORE. De plus, un local de l’Union des étudiants juifs de France de l’Université Paris 1 a été saccagé et recouvert d’inscriptions haineuses mercredi.

Dans d’autres facs, les tensions sont aussi manifestes. Comme à Nantes, où des blocages ont eu lieu la semaine dernière et où d’autres journées d’actions sont déjà prévues. A Bordeaux, le site de La Victoire est aussi bloqué depuis le 15 mars contre la loi ORE, ce qui horripile une partie des étudiants est des enseignants. A Rennes 2, l’accès au campus a été plusieurs fois bloqué ces derniers mois par des étudiants pour protester contre la loi Vidal. « A Rouen, un bâtiment de l’université est bloqué, tout comme à Nancy », ajoute la présidente de l’Unef, Lilâ Lebas.

« On n’assiste pas aux prémices d’un nouveau mai 68 »

Des protestations qu’observe attentivement le ministère de l’Enseignement supérieur, qui ne croit pas à l’hypothèse d’une prochaine insurrection. « Les blocages ne doivent concerner au maximum que 5 % des étudiants. Hormis à Toulouse et à Montpellier, ce   [...]

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

.

 

✎ Blogueur pro « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr