Le site Docjeanno® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Montpellier : des étudiants qui occupaient la fac de droit évacués de force par des hommes cagoulés

Photographie d'illustration

Pour les occupants, le doyen a laissé pénétrer des individus cagoulés dans l'établissement pour les en chasser. Celui-ci affirme n'avoir laissé entrer personne et soutient que ce sont des étudiants en droit qui ont souhaité défendre leur fac.
Photo : (© SYLVAIN THOMAS Source: AFP)


Des étudiants qui occupaient la faculté de droit de l'université de Montpellier le 22 mars ont été chassés du bâtiment manu militari par un groupe d'individus, dont certains étaient cagoulés et armés de morceaux de palette en bois.

Les étudiants, pour beaucoup de facs voisines, avaient investi la faculté dans le cadre de la journée de mobilisation contre le Plan étudiants. Une réunion d'information autorisée par l'établissement s'était alors transformée en assemblée générale qui s'est prolongée tard dans la nuit, et au cours de laquelle la décision d'occuper les lieux a été prise. C'est à ce moment qu'une dizaine d'individus, cagoulés pour la plupart et habillés de noir, a entrepris de faire fuir les étudiants contestataires.

Deux vidéos des événements postées sur les réseaux sociaux montrent que des coups ont été échangés lors de l'évacuation, qui s'est faite dans une certaine confusion.

Deux versions s'opposent quant au déroulement des faits. D'une part, les étudiants qui occupaient les lieux soutiennent que Philippe Pétel, le doyen de la faculté, a empêché la police d'entrer et a laissé les individus cagoulés pénétrer dans l'amphithéâtre. «C'est le doyen qui a ouvert la porte. Je l'ai vu de mes propres yeux», assure ainsi un témoin interrogé par Libération. «Ils sont entrés dans l'amphi, ont frappé les étudiants, moi j'ai pris deux coups à la tête, un dans le ventre, j'ai des marques au visage et le nez qui saigne», poursuit ce témoin. D'autres font état de l'utilisation de taser, et prétendent avoir été victimes d'injures racistes. Certains maintiennent en outre avoir reconnu des professeurs parmi les individus cagoulés, et soulignent la présence d'agents en charge de la   [...]

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

.

 

✎ Blogueur pro « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr