Le site Docjeanno® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

A Berlin, Macron tente de convaincre une Allemagne très réticente de réformer la zone euro

Photographie d'illustration

Le président français vient chercher à Berlin l'aide de la chancelière pour son projet de réforme de la zone euro. Mais en Allemagne, ce programme au nom d'une «Europe qui protège» rencontre un fort scepticisme, d'ailleurs général en Europe du Nord.
Photo : (Source: AFP)


Macron est à Berlin le 19 avril pour une réunion de travail avec Angela Merkel, la chancelière allemande. Il attend son soutien pour un ambitieux programme de réformes, en particulier au sein de la zone euro. Mais il est attendu avec méfiance.

«Le président français sait bien que toutes ses propositions ne pourront être réalisées, nous examinons à présent ce qui est possible, sans en demander trop aux différents Etats», a ainsi déclaré le 14 avril, lors d’une interview au quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung Olaf Scholz. Le nouveau vice-chancelier allemand et ministre des finances issu du SPD évoquait ainsi les différents projets de réforme de l’Union européenne (UE) et surtout de la zone euro proposés par Emmanuel Macron.

Le président français souhaite notamment la création d’un fonds monétaire européen, ainsi que d’un budget, d’un Parlement et d’un ministre des finances de la zone euro et l’aboutissement de l’union bancaire, un projet en panne sèche depuis 2012.

Devant le Parlement européen, où il s’est exprimé le 17 avril dernier, Emmanuel Macron avait jugé la réforme de la zone euro «indispensable avant la fin de cette mandature». Il avait également répété son idée d’une «Europe qui protège», dans le but de faire barrage à une vague eurosceptique, lors des prochaines élections européennes de mai 2019. Avec le Brexit, la formation du groupe de Vysegrad, largement opposé à la politique d’accueil des migrants, cette perspective n'a rien d'absurde, surtout en France, où le Front national (FN) a remporté la dernière consultation en 2014.

La presse allemande ironise sur les rebuffades subies par Macron

Ces préoccupations sont d’ailleurs conformes aux inquiétudes inscrites en filigrane dans le programme de travail de la Commission européenne pour l’année 2018 que l’exécutif européen juge «déterminante […] pour que l’Union puisse atteindre ses objectifs avant que ses citoyens se   [...]

 

 

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

 

✎ Blogueur pro « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr