Le site Docjeanno® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

«Il faut revenir sur cette loi»: Une première enquête révèle l'impact de la pénalisation des clients pour les prostitués

Photographie d'illustration

EXCLUSIF Pendant deux ans, douze associations et deux chercheurs ont interrogé des travailleurs du sexe pour évaluer l’impact de la loi pénalisant les clients sur leur quotidien…
Photo : (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)



  • Entre juin 2016 et février 2018, 70 entretiens individuels avec des travailleurs du sexe ont été réalisés.
  • La loi adoptée en 2016 punit désormais l’achat d’actes sexuels et permet de verbaliser les clients.
  • Selon cette enquête, cette disposition législative a entraîné une baisse des revenus des travailleur.se.s du sexe et une détérioration de leurs conditions de vie.

Détérioration de leurs conditions de vie, baisse de leurs revenus et dégradation de leurs relations avec la police… Deux ans après l’adoption de la loi du 13 avril 2016 instaurant la pénalisation des clients des travailleurs du sexe, une première enquête menée par douze associations dresse un bilan négatif du texte. Fruit d’un travail collectif entre deux chercheurs et équipes de terrain, cette étude remet en cause la philosophie même du texte, présenté tout au long des débats parlementaires comme plus « protecteur » pour les prostitués.

Selon l’enquête rendue publique ce jeudi, 78 % des personnes interrogées « sont confronté.e.s à une baisse de leurs revenus » et 63 % ont connu « une détérioration de leurs conditions de vie ». Pour la coordinatrice générale de Médecins du Monde (MDM), Irène Aboudaram, cette étude d’impact ouvre la voie à une nouvelle modification de la loi.

Comment est né ce projet ?

Dès 2016, nous avons tenté d’alerter sur les conséquences que pouvait avoir cette loi. A l’époque, et même si les sénateurs ont été réceptifs, il y a eu une mise en valeur des pouvoirs publics de la loi suédoise pénalisant les clients pour justifier ces nouvelles dispositions. On a essayé de mettre en avant des rapports relativisant le succès de la législation en Suède mais on nous donnait à l’époque peu de crédit.

Lancer cette étude, c’était être en capacité de mener une évaluation dans sa globalité de façon pragmatique et non idéologique. Si on a attendu deux ans, c’est justement parce qu’on voulait avoir des remontées à l’échelle nationale. On voulait également recueillir des éléments sur le parcours de sortie prévu par le texte, mais il a été long à se mettre en place.

Quels enseignements peut-on tirer de cette enquête qualitative ?

La pénalisation des clients est globalement préjudiciable pour les travailleurs du sexe. On a constaté une augmentation des violences verbales et physiques à leur égard. Désormais, le client prend des risques et se sent donc légitime pour imposer ses propres conditions (rapport non-protégé, refus du paiement de la prestation).

L’autonomie financière des prostitués a également fortement diminué. La majorité a noté une diminution du nombre de clients, une détérioration de leurs relations et une plus grande amplitude de travail. Ca génère du stress, de l’isolement et une grande précarité. La relation avec la police a également évolué et la loi n’a pas amélioré le   [...]

 

 

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

 

✎ Blogueur pro « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr