Israël : pas de terre promise pour les migrants

Photographie d'illustration

Le 2 avril, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou annonce un accord surprise avec le Haut commissariat de l’ONU aux réfugiés (HCR) sur les migrants africains présents dans l’État hébreu. Le lendemain, pressé par ses alliés d'extrême droite, le chef du gouvernement l’annule aussi sec.
Photo : (© JACK GUEZ / AFP)


Cette volte-face, saisissante, est un revers de plus pour les 42 000 exilés, majoritairement érythréens et soudanais, qui espèrent obtenir l’asile en Israël. Elle témoigne également de la politique israélienne en la matière, dans un État où le statut même de "réfugié" n’existe pas.

"Il y a beaucoup de confusion, beaucoup de colère"​ chez les candidats à l’asile après le revirement de Benyamin Netanyahou, témoigne Dror Sadot, porte-parole de l’organisation israélienne Hotline for Refugees and Migrants. "Ils demandent juste à comprendre ce qui se passe."​ L’accord avec le HCR était en effet inespéré. Il prévoyait la réinstallation d’environ 16 000 Érythréens et Soudanais en Allemagne et en Italie, ainsi que la régularisation du même nombre d’exilés en Israël. Ces migrants ont échappé à la dictature érythréenne et aux conflits qui minent le Soudan depuis des années. Ils sont pour la plupart arrivés dans l’État hébreu depuis plus de cinq ans.

Un statut précaire

Beaucoup d’entre eux ont connu l’enfermement dans des centres de détention, à la frontière entre Israël et l'Égypte, et vivent aujourd’hui dans des quartiers pauvres du sud de Tel Aviv, où les tensions s’accumulent avec les habitants israéliens. Les autorités reconnaissent qu’il n’est pas possible de les renvoyer dans leur pays d’origine, mais elles leur offrent très peu de chances de rester durablement dans le pays. Entre 2013 et 2017, seuls dix Érythréens et un Soudanais sur 15 200 qui ont fait une demande d'asile ont reçu une réponse positive.

L’État préfère leur octroyer une protection collective, qui leur évite d’être expulsés mais les empêche de travailler, sans remédier à leur précarité ni à leur incertitude. "​C’est une manière de ne pas leur donner un   [...]

 

 

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

 

Print Friendly    Imprimer, sauvegarder en PDF...

Sur : Doc Jean-No

✎ Blogueur pro | « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à Doc Jean-No® .