Le site Docjeanno® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

L'Etat français aurait été informé de manière régulière des tractations entre Lafarge et Daesh

Photographie d'illustration

Selon de nouvelles révélations de Libération sur le financement par Lafarge du groupe Etat islamique en Syrie, pour maintenir une usine sur place, les autorités françaises étaient informées sur les transactions entre le cimentier et les terroristes. -
Photo : (© Gonzalo Fuentes Source: Reuters)


Le journal Libération a pu avoir accès aux procès-verbaux de l'audition du directeur de la sûreté du cimentier Lafarge, Jean-Claude Veillard, le 12 avril, par la juge d’instruction parisienne, Charlotte Bilger. Jean-Claude Veillard fait partie des six dirigeants du cimentier mis en examen pour avoir versé d’importantes sommes d’argent, entre 2012 et 2014, à plusieurs groupes armés en Syrie, dont l’Etat islamique, dans le but de poursuivre l’activité d'une cimenterie en zone de guerre. Jean-Claude Veillard a fourni aux enquêteurs des éléments selon lesquels il a rencontré à 33 reprises les différents services de renseignement extérieur, la Direction du renseignement militaire (DRM), la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), entre 2012 et 2014.

« Au cours des réunions, j’ai donné toutes les informations »

«Je ne faisais aucun tri dans les informations que je donnais aux services des renseignements», a notamment déclaré Jean-Claude Veillard, n'hésitant pas à ajouter  : «Au cours des réunions, j’ai donné toutes les informations.» Ces renseignements auraient donc permis au plus haut niveau de l’Etat français d'être renseigné sur le financement de factions armées en Syrie par le cimentier français. Dans le détail, selon les déclarations du directeur de la sûreté, l’Elysée et le Quai d’Orsay participaient à des discussions stratégiques sur l’envoi de soldats dans l’usine. Mais pas seulement.

Les services de renseignement pouvaient-ils ignorer les remises d’argent, à partir de novembre 2013, à l’Etat islamique  ? Dans les réponses qu'il a apportées à la juge d'instruction et rapportées par Libération, Jean-Claude Veillard réitère avoir «donné toutes les informations» sur le financement de groupes terroristes. «Quelle était leur réaction  ?», demande alors la juge Bilger. «Ils engrangent les informations, c’est leur métier.»

«La conversion, la taxe ou la vie»

Dans un mail adressé à la DGSE, daté du 22 septembre 2014, tandis que l'Etat islamique avait pris possession de l'usine Lafarge en Syrie, Jean-Claude Veillard faisait ouvertement part de son inquiétude  : «L’usine est maintenant occupée par Daesh qui bénéficie de notre cantine, clinique et base vie. […] Le contact a été établi pour la libération de nos collègues chrétiens. Nous   [...]

 

 

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

 

✎ Blogueur pro « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr