Le site Docjeanno® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

L’islam a été inventé pour justifier les razzias et les guerres de conquête

Photographie d'illustration

Mais expérimentalement, les palabres ne peuvent fédérer que 150 individus généralement autour d’un mâle ou d’une femelle « alpha ». Au-delà de ce nombre, des prétendants au statut d’alpha rivalisent avec l’alpha en ...
Photo : (ripostelaique.com)


Au cours de l’évolution, le développement du cerveau, du pharynx et des capacités cognitives de l’Homme lui ont permis d’inventer des langages grâce auxquels nos aïeux ont pu palabrer avec leurs proches, créer des liens, échanger des informations ce qui leur ont permis d’améliorer leurs chasses, leurs défenses contre des prédateurs ou d’autres humains. Mais expérimentalement, les palabres ne peuvent fédérer que 150 individus généralement autour d’un mâle ou d’une femelle « alpha ». Au-delà de ce nombre, des prétendants au statut d’alpha rivalisent avec l’alpha en place et finissent par fédérer autour d’eux des individus du groupe initial ce qui aboutit d’une manière ou d’une autre à la dissociation de ce dernier.

Plus récemment, une autre évolution du cerveau humain fut l’invention des fictions que les langages ont permis et permettent toujours de transmettre. Parmi ces fictions, les religions, inventées par des gourous manipulateurs pouvant être promus au rang de « prophètes visionnaires », prennent toujours une bonne place. Leur but initial était de donner du pouvoir à l’inventeur mystificateur grâce à la force de persuasion du gourou ou du prophète et la crédulité de ses croyants. Eventuellement, l’adjonction de la coercition ou de l’assassinat finissait de convaincre ou de faire disparaître les récalcitrants qui ne marchaient pas dans la combine… voire qui adoptaient une autre fiction. Arrivées à une masse critique de croyants, les religions, du fait de la transmission des fictions par les croyants à leurs enfants, finissent par s’auto-entretenir. Ainsi naïvement et à leur insu les croyants donnent pouvoir sur eux-mêmes à une classe sociale dominante pouvant être associée ou confondue avec le clergé. Ces fictions métaphysiques autour de dieux imaginaires et de leurs prophètes seuls récipiendaires de la parole des dieux permirent de fédérer de grandes multitudes d’individus autour d’une histoire fictive, de rites abracadabrantesques, de promesses de récompense et de châtiments post mortem. Si ces derniers sont des promesses fallacieuses venant de « l’au-delà » imaginaire, ils peuvent cependant être appliqués par les vivants sur d’autres vivants au nom de leur dieu via les révélations de leur prophète.

Aujourd’hui les deux plus grandes religions monothéistes comprennent des centaines de millions de croyants nés sous leur influence. Elles reposent toutes sur le même schéma : un dieu omniprésent et omnipotent auquel le croyant doit se soumettre, un prophète inventé de toutes pièces faisant la jonction entre le dieu fictif et les hommes en « révélant ses volontés », des rites sacralisés, un clergé plus ou moins hiérarchisé délivrant les messages du dieu suivant les révélations du « prophète » ou en les adaptant. L’homme obéissant au dieu via la voix du clergé sera récompensé éternellement… mais une fois mort… après tout « les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent » (Jacques Chirac il me semble). Ceux qui enfreignent trop les « lois de dieu » seront voués aux feux de l’enfer. Les religieux, avec l’aide et par délégation de la classe dirigeante, se chargeant éventuellement de devancer les décisions de leur dieu ; à savoir de s’auto-récompenser pendant qu’ils sont vivants et de précipiter dans le feu de l’enfer sur Terre, le bûcher, « les pêcheurs » ou de massacrer les « infidèles » de leur vivant, ce qui est redevenu de mode actuellement.

Les rites sont généralement personnalisés suivant la place sociale de chacun et chacun joue un rôle et leur transgression sera « péché » qui aura sa « récompense » ici-bas ou dans « l’au-delà », voire les deux. On mesure alors la   [...]

 

 

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

 

✎ Blogueur pro « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr