Le site Docjeanno® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Notre-Dame-des-Landes: Rassemblement de soutien sous tension sur la ZAD

Photographie d'illustration

EXPULSIONS Des centaines de personnes se retrouvent ce dimanche midi sur la ZAD pour soutenir les expulsés...
Photo : (C.Triballeau/AFP)


Alors que des centaines de personnes convergent actuellement vers la ZAD de NOtre-Dame-des-Landes, où un rassemblement de soutien aux expulsés est organisé à partir de midi, des heurts ont de nouveau éclaté dimanche entre 300 manifestants et les gendarmes..

La coordination des opposants avait donné rendez-vous à l’ouest de la D81, l’une des trois routes qui traversent la ZAD, le long du chemin de Suez. Mais à 11h, environ 300 personnes, « un groupe d’opposants violents » armés de pierres, bouteilles en verre, fusées et cocktail Molotov, selon la gendarmerie, s’en est pris aux forces de l’ordre présentes pour tenter de passer à l’est de la route afin d’aller reconstruire les squats détruits depuis lundi. Les gendarmes ont répliqué avec grenades lacrymogènes et de désencerclement, les maintenant à l’écart.

Fouilles systématiques pour accéder au site

Si la coordination des opposants appelait à un rassemblement pacifiste en soutien aux expulsés, des soutiens aux zadistes avaient, eux, lancé un appel à venir reconstruire les squats détruits. Sur place, des planches et de l’outillage sont d’ailleurs distribués.

D’importants barrages routiers de gendarmes étaient installés sur les principales voies d’accès de la ZAD dimanche matin et l’entrée n’était possible qu’après une fouille des sacs. Les zadistes ont appelé dans un communiqué, « au vu du blocus policier », à se rassembler plus à l’ouest de la zone, du côté de la ferme de Bellevue.

« Les cabanes on va les reconstruire »

Un homme de 64 ans, un habitué de la Zad qui utilise le prénom générique « Camille » des opposants, est venu pour « faire masse », « pour leur montrer qu’on est là et qu’on sera là demain ». « Les flics ne vont pas rester six mois, les cabanes on va les reconstruire », assure-t-il.

Michel, 63 ans, viticulteur retraité du Loir-et-Cher, a lui fait trois heures de route   [...]

 

 

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

 

✎ Blogueur pro « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr