Syrie : les frappes françaises débattues par le Parlement sans vote, deux jours après l'intervention

Photographie d'illustration

Tandis que le gouvernement français a pris la décision, sans consulter le Parlement, de s'aligner sur Washington et Londres pour bombarder la Syrie le 14 avril, députés et sénateurs débattent de l'intervention.
Photo : (© Handout Source: Reuters)


17h36 CET

Christian Jacob, chef du groupe Les Républicains, a déclaré : «rien n'interdisait [à Macron]» de recourir à un débat avant de lancer l'intervention en Syrie.

17h34 CET

Interrogé au micro de RT France, le président de Debout La France, Nicolas Dupont-Aignan rappelle qu'aucune preuve de l'utilisation d'armes chimiques par le gouvernement syrien, n'a été présentée par Paris. «C'est de la propagande !», estime-t-il.

17h05 CET

En guise d'introduction au débat entre parlementaires sur l'intervention française en Syrie, le Premier ministre Edouard Philippe a rappelé les objectifs généraux de la France en Syrie : «Notre ennemi n'est pas la Syrie, nous ne sommes pas entrés en guerre contre la Syrie ou contre le régime de Bachar el-Assad, notre ennemi c'est Daesh.»

Alors que Paris n'a toujours pas présenté les preuves qu'elle affirme détenir de l'implication de Damas dans l'attaque chimique présumée, Edouard Philippe accuse le gouvernement syrien d'en   [...]

 

 

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

 

✎ Blogueur pro « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr