Le site Docjeanno® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

VIDEO. Attaques à la faculté de droit de Montpellier : Avant la reprise des cours, toute l'affaire en cinq actes

Photographie d'illustration

UNIVERSITE Ce mardi, l'établissement rouvre ses portes, une dizaine de jours après une nuit de violences : un commando armé et cagoulé avait débarqué dans la faculté...
Photo : (N. Bonzom / Maxele Presse)



  • Dans la nuit du 22 au 23 mars, un commando armé a débarqué dans la faculté.
  • Plusieurs étudiants ont été blessés, à coups de planches de bois.
  • Le doyen, et un professeur, ont été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire.

Depuis une dizaine de jours, la faculté de droit est au cœur d’une sombre affaire, qui fait trembler le monde universitaire montpelliérain : dans la nuit du 22 au 23 mars, un commando armé de planches de bois a déboulé dans l’établissement, pour déloger manu militari des dizaines d’étudiants opposés aux réformes du gouvernement.

Alors que les cours reprennent ce mardi, avec des mesures de sécurité renforcées, 20 Minutes revient en cinq actes sur cette polémique qui a embrasé la faculté.

Acte I : La colère des étudiants en lettres. Le 15 février, portée par les syndicats étudiants, la grogne monte sur le campus Paul-Valéry. Les réformes de l’université, synonymes de sélection pour les mécontents, ne passent pas. Pendant un mois, route de Mende, anti-réformes et anti-blocages s’affrontent, à grands coups d’assemblées générales. Le camp favorable au blocage de l’université de lettres prend le dessus dès le 15 mars, des barricades de chaises, et de tables sont montées devant les bâtiments.

Quatre jours plus tard, la présidence suspend les cours, et appelle à « convenir d’un mode d’action respectant la contestation, mais ne paralysant pas l’activité de l’université en cette période d’examens ». Qu’importe, la situation est bel et bien paralysée, travaux dirigés et cours magistraux n’ont plus lieu, les slogans anti-réformes maquillent les amphis. Voilà de longues années que la faculté de lettres n’avait pas connu un tel conflit.

Acte II : Une nuit de violences à la faculté de droit. Le 22 mars, c’est une journée presque normale à la faculté de droit. Il n’y a que dans l’amphi A qu’une scène pas commune a lieu : des centaines d’étudiants, en lettres, en droit, mais aussi des lycéens, remplissent la salle. On discute de la suite à donner au mouvement anti-réformes, qui grossit à vue d’œil. La soirée avance, des tensions naissent dans les couloirs…

A minuit, tandis que la faculté est occupée et n’a pas pu fermer ses portes, un commando débarque cagoulé et armé de planches en bois dans l’établissement. S’en suit un déchaînement de violences, où le groupe masqué tente de faire sortir les   [...]

 

 

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

 

✎ Blogueur pro « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr