Le site Docjeanno® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Maladies, drogue ... : comment les conditions se dégradent dans les camps de réfugiés à Paris

Photographie d'illustration

Photo : (AFP PHOTO / CHRISTOPHE ARCHAMBAULT)


Dans les trois campements de Paris, les conditions de vie ne cessent de se dégrader. Maladies respiratoires, dermatologiques et malnutrition sont légion. Les associations dénoncent une volonté étatique de faire pression sur les droits fondamentaux de ces gens pour les faire partir.

Assis sur un canapé déchiré, Amir* change ses chaussettes en veillant à ne pas poser le pied sur le sol jonché de détritus. C'est sa dernière paire. "Je n'ai pas pu prendre de douche depuis deux semaines, explique-t-il en laçant ses baskets rouges. Il faut au moins que j'ai des affaires propres, parce que si je veux trouver un travail, il ne faut pas que je sente mauvais. Mais si ça continue, dans un mois je vais forcément puer."

Cet Égyptien de 36 ans soupire en regardant devant lui. En enfilade, des centaines de tentes sont disposées côte à côte. Figées dans l'ambiance poisseuse de cette matinée ensoleillée. Il y en a de part et d'autre du canal Saint-Denis dans le Nord de Paris, sous chacun des quatre ponts qui l'enjambent, depuis la cité des Sciences côté porte de la Villette, jusqu'au centre commercial Millénaire un kilomètre plus loin. Sous ces ponts s'entassent environ 1 600 personnes.

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

2 400 hommes, femmes et enfants à Paris

Ministère de l'Intérieur et mairie ne cessent de se relancer la balle depuis des mois, laissant péricliter la situation dans trois camps parisiens qui n'en peuvent plus de grossir. Celui de la Villette et ses 1 600 personnes. Le plus vieux de la Porte de la Chapelle, à proximité du centre d'accueil de la capitale et du périph'. Et un dernier, en plein coeur du Paris branché, sur les bords du Canal Saint-Martin, collé au bar à concert le Point Éphémère. En tout, ils sont 2 400 exilés, hommes, femmes et enfants, originaires majoritairement d'Afrique et d'Afghanistan.

La semaine dernière, les ONG et les associations ont alerté les autorités via une pétition qui demandait "aux pouvoirs publics une opération de mise à l’abri humanitaire d’urgence garantissant un hébergement digne dans la durée, avec accompagnement social et sanitaire".

Depuis, aucun changement visible dans les camps. Mise à part une petite pancarte à l'attention des exilés de la Porte de Villette placée près de l'unique point d'eau par des associations : "Attention, le camp sera évacué très prochainement."

Evacuation imminente

Une réaction, à l'annonce du ministre de l'Intérieur qui s'est fendu d'un communiqué le 23 mai. Il y déplore une "situation qui se répétera indéfiniment si des mesures ne sont pas prises par les autorités locales pour éviter que les campements ne se reconstituent". Il a néanmoins annoncé une 35e opération d'évacuation depuis 2015 "dans les   [...]

 

✎ Blogueur pro « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr