Le site Docjeanno® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Coupe du monde 2018: Racisme, hooliganisme, homophobie, les pires fantasmes autour de la Russie vont-ils se réaliser ?

Photographie d'illustration

Photo : (VASILY MAXIMOV / AFP)


FOOTBALL La capacité de la Russie à organiser une Coupe du monde sans incidents sera scrutée par le monde entier...


  • Avant le début de la Coupe du monde, les inquiètudes sont vives sur l'organisation de ce Mondial par la Russie.
  • Les communautés LGBT, les associations anti-racistes ainsi que les supporters craignent des violences.
  • 20 Minutes fait le point sur toutes ces questions.

C’est une Coupe du monde qui sent le souffre depuis le début, même si maintenant qu’on y est, il faut bien avouer qu’elle donne envie. Mais c’est surtout parce qu’une Coupe du monde donne toujours envie. Celle-ci un peu moins que les autres? Cela tient surtout au contexte et aux mauvais souvenirs. Ceux des supporters russes en opération militaire à Marseille, par exemple. Celui de certains cris de singe qu’on aurait préféré ne pas entendre lors du dernier match amical des Bleus à Saint-Petersbourg, aussi. 20 minutes fait le point sur les craintes légitimes, mais pas forcément avérées, sur l’hôte de la 21e Coupe du monde de l’histoire.

Les membres de la LGBT devront-ils se la jouer discret ?

Le contexte légal d’abord. La riante démocratie russe, qu’on ne se permettra pas de juger ici, dispose dans son arsenal d’une loi ouvertement homophobe assez complexe à appréhender. Pour faire court : la loi en question interdit « la propagande homosexuelle auprès des mineurs ». Au pied de la lettre, cela voudrait dire que se rouler un palot devant les petites jumelles Anastasia et Elena dans le parc Gorki se finirait par un aller sans retour quelque part dans un camp de rééducation en Sibérie.

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

Dans la pratique, c’est un peu moins effrayant. Renseignements pris, seuls 7 personnes ont été arrêtées sur ce motif en 2017 pour trois condamnations à des amendes, toutes visant des activistes de la cause LGBT. Il semble, peu probable, donc, que des fans étrangers terminent au cachot cet été.

«Les organisateurs du Mondial ont assuré plusieurs fois que les personnes issues d’une minorité sexuelle seraient bien traitées et qu’elles auraient le droit de venir au stade avec un drapeau arc-en-ciel, nous confirme Alexander Agapov, président de la fédération des sports LGBT à Moscou. Ce ne sont que des assurances verbales et loi continue d’exister, mais je pense que la police aura reçu des instructions en conséquences ».

On en vient ensuite à la perception morale de l’homosexualité en Russie, un pays qui passe pour très conservateur aussi dans les mœurs à ce sujet. Personne n’a oublié la menace voilée d’Alexandre Shprygin, l’une des têtes d’affiches du hooliganisme russe, un peu plus tôt cette année dans Le Parisien : «Les gays doivent respecter la culture du pays qu’ils visitent. Tu peux venir avec ton ami, prendre la même chambre, mais il ne faut pas s’embrasser ou se tenir la main sur la place Rouge ».

Le fameux symbole du couple gay qui ne pourrait pas se balader main dans la main sur la place la plus emblématique de Russie sans risquer l’agression ou les remarques désagréables. Vrai ou exagéré ?

«Il y a des villes et des endroits dans les villes qui sont plus recommandables que d’autres, juge Agapov. Il faut se préparer à l’homophobie et la xénophobie ordinaires de certains citoyens russes. Mais après tout ce qui a été dit, pensez-vous que beaucoup de couples du même sexe vont venir assister à la Coupe du monde en Russie ? Je pense qu’il y en aura très peu, que ça se passera bien pour eux et que cela permettra à la Russie de dire après le Mondial : "vous voyez, il ne s’est rien passé, c’était encore de la propagande des médias occidentaux". »

En attendant, Fare, l’ONG de référence sur le racisme et les discriminations dans le football a tout de même pris le soin de publier sur son site un guide à l’usage des minorités ethniques et sexuelles avant leur éventuel départ en Russie. Parmi les quelques conseils glissés à la volée :

  • Ne pas participer à tout ce qui ressemblerait à une manifestation de défense des droits des LGBT
  • Se méfier des applications de rencontre réservées à la communauté homosexuelle, où certains profils cacheraient en fait des militants anti-gays prêts à partir à la baston
  • Toujours avertir un proche avant un déplacement ou un rendez-vous en cas de « disparition » soudaine

Va-t-on entendre des cris de singe en tribune ?

C’est l’autre angoisse des autorités russes, peut-être la plus importante parce que potentiellement la plus visible. Les fameux cris de singe qui accompagnent souvent les matchs du championnat russe et qui s’entendent distinctement quand on regarde le match à la télé. La fédération russe assure avoir pris le problème à bras-le-corps depuis plusieurs saisons déjà, sans succès apparent. L’ONG Fare a recensé pas moins 89 incidents racistes autour des matchs en Russie sur la saison 2016/2017.

Le dernier en date ? Il a eu une résonance internationale, puisque c’était pendant la rencontre amicale du mois de mars entre la Russie et la France. Des photographes français ont assuré avoir perçu des cris racistes quand Ousmane Dembélé touchait le ballon, alors que les téléspectateurs ont pu entendre des   [...]

 

✎ Blogueur pro « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr