Le site Docjeanno® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Macron veut poursuivre à tout prix les militants de Génération Identitaire

Photographie d'illustration


Macron a créé la confusion entre une politique européenne et l’organisation politique de l’immigration En Marche. L’état d’esprit immigrationniste de Macron ne doit être ignoré de personne. La politique que Macron veut mener exprime la protection prioritaire des intérêts particuliers des migrants contre les Français.

Il ne s’adresse qu’à cette fraction des migrants et surtout pas au peuple de France tout entier.

C’est précisément au moment où l’immigrationnisme socialiste d'Emmanuel Macron semble avoir triomphé que le besoin d’autonomie des peuples européens vis-à-vis de l’UE s’exprime avec le plus de force. Les Français, comme les Italiens, ont compris les dangers du dirigisme bureaucratique de l’UE et ils n’en veulent plus. Voilà d’où naissent les tensions avec les migrants qui travaillent les sociétés européennes depuis des années.

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

Eléa Pommiers (Le Monde de gauche du 11.05.2018) a écrit : « Dans les Hautes-Alpes, les militants de Génération identitaire sont passibles de poursuites. Le ministère français de la justice En Marche a rappelé les infractions « visant les comportements hostiles à la (libre) circulation (en Europe) des migrants » (illégaux et sans papiers). Le procureur de Gap a révélé, le 11 mai, l’existence de plusieurs procédures à l’encontre du groupe Génération identitaire (GI) après la publication, le 4 mai, d’une circulaire du ministère de la justice, dont le contenu a été révélé par Mediapart. Le ministère de l’immigration En Marche rappelait aux procureurs de France l’existence d’infractions « visant les comportements hostiles à la circulation des migrants » (illégaux).

Une semaine plus tôt, le procureur de Gap avait classé sans suite une enquête ouverte après que des militants du mouvement Defend Europe, lié au groupe Génération identitaire (GI), avaient affirmé avoir « raccompagné » des migrants à la frontière franco-italienne dans la nuit du 26 au 27 avril. Ils faisaient parler d’eux depuis le 21 avril, date à laquelle ils avaient bloqué un col des Hautes-Alpes à l’aide de grillages « pour empêcher des migrants d’entrer sur le sol français ». Le parquet n’avait établi « aucune infraction pénale susceptible d’être reprochée à l’encontre de quiconque », provoquant la colère des associations (gauchistes anarcho-libertaires) d’aide (illégale) aux migrants. « Suite à plusieurs incidents en lien avec des passages à la frontière de migrants, plusieurs procureurs avaient interrogé la Chancellerie par l’intermédiaire des procureurs généraux, explique Rémy Heitz, auteur de la circulaire et directeur des affaires criminelles et des grâces au ministère. Notre objectif est de rappeler l’état du droit afin que l’État apporte une réponse coordonnée. »

L’opposition aux migrants dans les Alpes : l’opération « Defend Europe » que l’État En Marche ne peut tolérer ! La circulaire rappelle les délits dont sont passibles ceux qui viennent en aide aux migrants et les « immunités » En Marche dont ils peuvent bénéficier. La circulaire se réfère aux infractions du Code Pénal du chapitre : « De l’usurpation de fonctions » qui autorisent la poursuite les identitaires. « L’immixtion dans une fonction publique », est passible de 3 ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende (article 433-12 CP). « Le contrôle du respect des frontières, par la surveillance ou l’édification d’obstacles, par des personnes hostiles à la circulation des migrants (notamment les militants se revendiquant de la mouvance identitaire) » peuvent caractériser ce délit, comme « la reconduite à la frontière des migrants, y compris sans violence ».

Le 27 avril, des militants identitaires expliquaient au Monde : « On en a rencontré, on les a amenés à la frontière calmement, gentiment, et la police ensuite les a interpellés ». Ces derniers affirment leur droit de passer à l’action au motif que l’article 73 du code pénal autorise à   [...]

 

✎ Blogueur pro « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr