Recueil de migrants en mer : la France peut-elle vraiment faire la leçon à l'Italie ?

Photographie d'illustration

Photo : (©Antonio Parrinello/Reuters )


Face au gouvernement italien qui a refusé d'accueillir un bateau de migrants, redirigé vers l'Espagne, Emmanuel Macron ne prend pas de pincettes. Pourtant, l'Italie estime ne pas avoir de leçon de morale à recevoir. En particulier de la France.

Ce n'est désormais plus un secret pour personne : Emmanuel Macron ne goûte guère le programme migratoire du gouvernement italien, peu en phase avec la position affichée par l'Union européenne et son système de quotas d'accueil. Et cela s'est particulièrement vu lors de la crise de l'Aquarius, du nom de ce bateau transportant plus de 600 migrants recueillis en mer par des ONG, que l'Italie a refusé d'accueillir le 10 juin.

➤➤  Ne ratez aucun des articles: inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter.

Emmanuel Macron a alors dénoncé «la part de cynisme et d'irresponsabilité du gouvernement italien», une remarque qui a fortement déplu à Rome qui ne s'est pas privé de le faire savoir, allant jusqu'à réfléchir à l'annulation d'une rencontre entre le chef du gouvernement Giuseppe Conte et le président français.

La France mal placée pour donner des leçons de morale ?

«L’Italie ne peut accepter de leçons hypocrites de pays qui ont toujours préféré détourner la tête lorsqu'il s’agit d’immigration», a lancé Giuseppe Conte le 12 juin à l'égard de Paris.

Et Luigi di Maio, dirigeant du M5S et l'un des deux vice-présidents du Conseil des ministres italiens, de rappeler à Paris quelques chiffres. «Le pays le plus en tort par rapport à nous, c'est la France, qui n'a pris jusqu'à présent que 640 migrants quand elle s'était engagée pour 9 610 personnes», a-t-il fait remarquer. L'autre vice-président, et ministre de l'intérieur, Matteo Salvini, a directement interpellé Emmanuel Macron. «Au président français je dis : "Emmanuel, si tu as le cœur aussi gros que tu le dis, demain nous te donnerons les 9 000 migrants que tu t'étais engagé à prendre."»

➤➤ A lire aussi : Aquarius : appel nocturne entre Macron et Conte pour désamorcer un début de crise

Et pourtant, ce n'est pas Paris, mais bien l'Espagne qui a finalement proposé de recueillir les 629 migrants secourus au large de la Libye. «En cas de détresse c'[est] la côte la plus proche qui assume la responsabilité de l'accueil», s'est justifié le porte-parole du gouvernement Benjamin Grievaux, évoquant le droit maritime.

Avant l'affaire de l'Aquarius, en août 2017, l'Italie, alors gouvernée par le pro-Union européenne Matteo Renzi, avait fait saisir le bateau d'une ONG allemande d'aide aux réfugiés, accusée de favoriser l’immigration illégale. Elle ne s'était pourtant pas attirée de telles foudres de Paris, ni de Bruxelles. La France se montrait alors quelque peu plus policée et courtoise.

Indélicatesses

Mais depuis les législatives de 2018, l'exécutif français adopte ainsi un ton plus ferme, face à des dirigeants moins enclins à arrondir les angles, d'autant que la France a multiplié les indélicatesses à l'encontre de son voisin transalpin. Que ce   [...]

 

✎ Blogueur pro « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr