Le site Docjeanno® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Nationalismes, Russie, défense européenne, Syrie : les contorsions de Macron devant les ambassadeurs

Photographie d'illustration


Crise en Syrie, crise migratoire, défense, attitude à l'égard de la Russie... A l'occasion de son discours de politique étrangère devant les ambassadeurs réunis à Paris, le chef de l'Etat a tenté de clarifier les enjeux de la diplomatie française.

Devant les ambassadeurs réunis à Paris pour le traditionnel discours de rentrée, Emmanuel Macron s'est efforcé de donner une cohérence à des positions parfois difficilement lisibles. «Nous devons tirer toutes les conséquences de la fin de la guerre froide», a-t-il ainsi déclaré ce 27 août, ajoutant : «Je souhaite une réflexion exhaustive sur [les] sujets avec tous les partenaires de l'Europe et donc avec la Russie.» Mais en même temps, le président de la République a repris à son compte les accusations occidentales à l'encontre de Damas, allié de la Russie.

➤➤  Ici, retouvez les petits prix shopping ...

La Russie, quel partenaire pour Emmanuel Macron ?

Dans un énième revirement de la diplomatie française, Emmanuel Macron a ainsi qualifié le maintien de Bachar al-Assad au pouvoir en Syrie d'«erreur funeste». «Qui a provoqué ces milions de réfugiés ? Qui a massacré son propre peuple ?», a-t-il lancé, semblant mettre de côté l'action du quasi-Etat terroriste Daesh et des rebelles islamistes.

Le 24 mai dernier, aux côtés de Vladimir Poutine à Saint-Pétersbourg, Emmanuel Macron avait pourtant exprimé une position plus conciliante. «Même si nous avons pris des décisions très claires vis-à-vis de Bachar el-Assad et de sa politique, la politique française n'est pas de procéder depuis l'extérieur à quelque changement de régime que ce soit ou à quelque transition», avait-il alors affirmé, prenant d'ailleurs le contre-pied de son prédécesseur François Hollande.

Ce 27 août, concernant la Russie, le président français paraît toutefois avoir soufflé un peu plus de chaud que de froid. Tout en condamnant le «régime» syrien, Emmanuel Macron a aussi, concomitamment, mis la Russie au cœur des grands dossiers. Pour «revisiter l'architecture européenne de défense et de sécurité», il a ainsi affirmé vouloir lancer «un dialogue rénové sur la cybersécurité, les armes chimiques, les armements classiques, les   [...]

 

✎ Blogueur pro « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr