Le site Docjeanno® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Hayange : fêter le cochon, c’est être fiers de notre culture

Photographie d'illustration


Déjà 4 ans que, au lendemain de la victoire de Fabien Engelmann aux élections municipales, on fêtait de nouveau le cochon à Hayange. Cela avait naturellement suscité nombre de remous dans la gauchosphère et dans les médias. À la veille de la 5e édition de cette grande fête populaire, nous avons rencontré le maire de Hayange et lui avons posé quelques questions.

Riposte Laïque : Vous vous préparez à organiser, ce dimanche 2 septembre, la 5e édition de la Fête du Cochon à Hayange. Alors que la première avait suscité des cris d’orfraie de ceux qui y voyaient une provocation contre les musulmans, on a l’impression, à présent, que cette journée est devenue normale, comme si elle avait toujours fait partie du paysage. Je me trompe ?

➤➤  Ici, retouvez les petits prix shopping ...

Fabien Engelmann : Non, vous avez raison. La Fête du Cochon a été fêtée à Hayange jusque dans les années 60. Elle était alors couplée à la fête patronale. Face à une tentative d’effacement, voire de remplacement, de nos traditions, de notre mode de vie, de nos valeurs, nous réaffirmons notre culture de manière positive. C’est pour cette raison que nous avons restauré cette belle tradition populaire de convivialité qui consiste à partager le cochon dans un grand moment festif.
Malgré la propagande diffusée par certains médias, les Mosellans ont bien compris qu’il s’agissait d’un moment de partage, de fête et de célébration de la douceur de vivre à la française.
À tel point que la Fête du Cochon de Hayange est devenue un événement majeur de la fin de l’été dans le Nord mosellan. Pour cette 5e édition, nous attendons environ 5 000 personnes sur la journée.

Riposte Laïque : Il vous est arrivé, lors d’autres éditions, d’avoir des surprises de dernière minute, avec des défections d’artistes subissant des pressions. Rien à craindre de ce côté cette année ?

Fabien Engelmann : Non, rien à craindre. L’année dernière, nous avions pu effectivement voir le déferlement de haine médiatique et totalitaire s’abattre sur les artistes et sur notre tradition. Nous célébrons la France, ce   [...]

 

✎ Blogueur pro « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr