Le site Docjeanno® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Anticor, la petite association anticorruption qui fait peur aux politiques

Photographie d'illustration


TRANSPARENCE A l'occasion de l’université organisée ce samedi à Valence par Anticor, « 20 Minutes » s’est penchée sur cette association modeste qui s’attaque à la corruption, même au sommet de l’Etat…


  • Fondée en 2002, Anticor est née d'une volonté de lutter contre la corruption et la culture de l'impunité dans la vie politique française.
  • La petite association de 2.000 membres a gagné en notoriété pendant la campagne présidentielle de 2017, bouleversée par le PenelopeGate et l'affaire Fillon. Des dossiers qui ont provoqué des débats sur la transparence et la probité des hommes et des femmes politiques.
  • Anticor lutte avec des moyens modestes, mais efficaces, contre les conflits d'intérêts, le poids des lobbies... Son modus operandi fait sa particularité : l'association s'est portée partie civile dans une douzaine de dossiers à ce jour.

Richard Ferrand sourit rarement, mais ce lundi de septembre à Tours, il le fait franchement. Un sourire rare mais de très courte durée, qui s’efface instantanément dès que les mots « Mutuelles de Bretagne » et « Anticor » sont prononcés par des journalistes qui se pressent autour du fidèle d’Emmanuel Macron.

➤➤  Ici, retouvez les petits prix shopping ...

On vous résume le contexte : nous sommes aux journées parlementaires de La République en marche, et les députés marcheurs viennent d’élire Richard Ferrand pour être leur candidat à la présidence de l’Assemblée. Etant donné leur poids à l’Assemblée, ce poste prestigieux, assorti de privilèges, est garanti à l’ancien socialiste, devenu marcheur dès le début de l’aventure macroniste en 2016. Ceci explique le bref sourire du discret Breton d’adoption. Quant à sa disparition, elle est due à une petite association, peu connue du grand public.

Ce lundi 10 septembre, Christophe Castaner, patron de La République en marche, vole au secours de son collègue en rappelant qu’une première plainte a été classée sans suite. Le mercredi suivant, le porte-parole du gouvernement va jusqu’à parler de « chasse à l’homme ». Ce dossier continue d’empoisonner la vie politique du député du Finistère, et lui a coûté le ministère de la Cohésion des territoires où Emmanuel Macron l’avait nommé en mai 2017.

« Après notre première plainte, le parquet de Brest a ouvert une information judiciaire le matin, puis l’a close l’après-midi, ce n’était pas à la hauteur. Nous avons donc déposé une deuxième plainte », justifie posément Eric Alt. Ce magistrat de 56 ans est le vice-président d’Anticor.

Les affaires Gallet, Ferrand, Kohler…

Née au lendemain de l’élection présidentielle de 2002, marquée par l’abstention et la présence au second tour de Jean-Marie Le Pen, Anticor a été fondée par le juge d’instruction Eric Halphen et Séverine Tessier, l’ex attachée parlementaire du socialiste Christian Paul. Deux personnalités étiquetées à gauche, mais l’association a toujours revendiqué être transpartisane et indépendante vis-à-vis des partis politiques.

La plainte déposée pour soupçon de conflit d’intérêts contre Alexis Kohler, secrétaire général de l’Elysée ? C’est Anticor. Celle   [...]

 

✎ Blogueur pro « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr