Le site Docjeanno® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

En tournée en Europe de l'Est, Macron tacle la Pologne et la Hongrie

Photographie d'illustration


Face à un camp eurosceptique dont les rangs ne cessent de grossir, Emmanuel Macron continue de planter le décor des européennes de mai 2019. En visite en Slovaquie et en République tchèque, le président vient porter son projet, quitte à provoquer.

Après une première tournée fracassante à l'été 2017, Emmanuel Macron est de retour ce 26 octobre en Europe de l'Est, à Bratislava (Slovaquie) et à Prague (République tchèque). Et comme en 2017, le président français n'a pas hésité à tancer les pays comme la Pologne et la Hongrie, auxquels il reproche de ne pas respecter les principes de l'Union européenne (UE).

➤➤  Ici, Mode femmes, hommes, enfants, automne hiver .

Dans une interview publiée la veille et accordée à quatre journaux, hongrois, polonais, slovaque et tchèque, Emmanuel Macron a martelé, comme un an auparavant : «L'Europe n'est pas un supermarché». Comprendre : l'UE ne serait pas une sorte de libre-service où tel ou tel Etat membre prendrait ce qui lui convient sans se plier à certaines obligations. «Nous avons une exigence collective de cohérence et de solidarité. On ne peut bénéficier du budget européen sans admettre la solidarité en matière migratoire par exemple», a ainsi déclaré le président français dans cette même interview.

L'argument, déjà brandi à plusieurs reprises, n'a rien de nouveau : Hongrie, Slovaquie, République tchèque et Pologne, réunis au sein du groupe de Visegrad (V4), refusent catégoriquement une répartition obligatoire des migrants parmi les pays de l'UE. En juin 2018, afin de marquer leur désaccord, les quatre pays avaient purement et simplement boycotté un sommet européen sur l'immigration. Au même moment, le Premier ministre tchèque annonçait clairement la couleur, se disant prêt à déployer l'armée aux frontières de son pays.

A sept mois des élections européennes, en mai 2019, Emmanuel Macron doit ainsi faire face à un dilemme de taille : porter le projet européen sans s'aliéner complètement les pays anti-immigration. Alors que l'Italie, dans le sillage de l'Autriche de Sebastian Kurz, a basculé en mars dernier dans le camp eurosceptique, le président français apparaît de plus en plus isolé. D'autant que, dès son élection, Emmanuel Macron comptait sur un couple franco-allemand fort. Las, la chancelière Angela Merkel n'en finit plus de pâtir de la crise qui secoue les partis traditionnels allemands depuis les législatives de septembre 2017. Le 14 octobre dernier, ses alliés conservateurs ont subi un revers historique en Bavière.

Macron en campagne pour les européennes

Aussi, de plus en plus seul, le président de la République est-il contraint de produire un discours millimétré, voire ambivalent. En février 2018, Emmanuel Macron menaçait de priver la Hongrie et la Pologne des aides de Bruxelles, les   [...]

 

✎ Blogueur pro « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr