Le site Docjeanno® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Interrogatoire d'Alexandre Benalla : quelles nouvelles révélations ?

Photographie d'illustration


Le Monde a pris connaissance des détails du long interrogatoire de l'ancien collaborateur de l'Elysée qui a eu lieu le 5 octobre. Outre l'attitude décontractée de l'intéressé, des éléments troublants retiennent l'attention.

Au cours d'un interrogatoire qui aura duré neuf heures le 5 octobre et dont le journal Le Monde a pris connaissance, Alexandre Benalla a été à l'origine de quelques nouvelles révélations sur l'affaire qui a embarrassé le sommet de l'Etat au cours de l'été.

➤➤  Ici, Mode femmes, hommes, enfants, automne hiver .

Sans se départir de l'attitude dégagée que les Français lui connaissent depuis ses premières prises de parole publiques, Alexandre Benalla a notamment estimé, selon Le Monde, qu'il aurait vu d'un bon œil qu'on lui décernât une médaille pour son action place de la Contrescarpe le 1er mai. Une «forfanterie» selon le quotidien qui souligne que l'ancien conseiller de l'Elysée n'a eu de cesse de plaider l'innocence au cours de l'interrogatoire.

Sans surprise, selon les informations du Monde, Alexandre Benalla a principalement rejeté toute responsabilité à propos de sa présence et de ses agissements sur la place de la Contrescarpe ce jour-là, mais n'a pas cherché, au contraire, à innocenter sa hiérarchie, notamment son directeur de cabinet, Patrick Strzoda, ni son compère Vincent Crase.

Plus intéressant peut-être, l'ancien collaborateur de l'Elysée a décrit aux juges une scène étonnante ; durant sa garde à vue au mois de juillet, alors qu’il consultait son téléphone professionnel en compagnie des policiers, certains messages auraient semblé être effacés à distance : «On a pu constater que des SMS disparaissaient au fur et à mesure. La date apparaissant sur le téléphone a même changé, il était noté 1970», a ainsi assuré Alexandre Benalla. Et le journal qui a révélé toute l'affaire de spéculer : «S’agissait-il d’une prise de contrôle à distance depuis le Palais ?»

Les magistrats ont ensuite demandé le code d'accès à certaines fonctions d'administration, ce à quoi l'interrogé à répondu : «S’il y a des codes qui ne fonctionnent plus, il faut s’adresser à l’Elysée, ils ont dû changer les codes à distance. Le seul à même de vous répondre c’est le général Bio-Farina [le patron du commandement militaire], c’est le point de contact avec la justice.»

Pour ce qui est de l'origine du coup médiatique qu'il a reçu en même temps qu'Emmanuel Macron et qui a ébranlé tout le gouvernement, Alexandre Benalla a envisagé une piste qu'il a livré aux juges : selon lui, il faudrait chercher du côté d'un des auteurs des vidéos, en l'occurrence Taha Bouhafs. Ce dernier n'est pas nommé, mais Alexandre Benalla aurait évoqué un militant de la   [...]

 

✎ Blogueur pro « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr