Le site Docjeanno® est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant Docjeanno® en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Péages urbains: Quelles villes sont favorables à cette nouvelle taxe?

Photographie d'illustration


CIRCULATION Si le gouvernement prévoit de donner la possibilité aux villes de 100.000 habitants de se doter d’un péage urbain dans le cadre de la loi d’orientation des mobilités, peu de villes semblent vouloir se porter volontaires à un an et demi des municipales…


  • Les villes de 100.000 habitants pourraient mettre en place un péage urbain.
  • L’objectif est de « limiter la circulation automobile et lutter contre la pollution et les nuisances environnementales ».
  • Parmi les plus grandes villes de France, peu sont pour l’instant preneuses.

Les automobilistes vont-ils devoir payer pour pénétrer au cœur des grandes villes françaises ? C’est en tout cas une mesure envisagée par le gouvernement qui dans le cadre de l’avant-projet de loi d’orientation des mobilités, prévoit de donner la possibilité aux villes de plus de 100.000 habitants d’installer un péage urbain. Décongestionner les centres-villes, diminuer la pollution, l’idée semble généreuse… Pourtant, jusqu’ici, alors que cela est rendu possible par les lois Grenelle de 2007, aucune ville ne s’est portée volontaire. Petit tour en revue des villes qui pourraient se risquer (ou pas) à mettre en place un péage urbain.

➤➤  Ici, retouvez les petits prix shopping ...

Les villes qui pourraient l’envisager mais…

Elle se prononçait contre, affirmant ne pas vouloir « un péage qui interdise aux habitants de la banlieue de rentrer dans Paris ». Mais finalement, l’entourage de la maire de Paris, Anne Hidalgo, a laissé entendre dans Les Echos que le péage urbain n’est plus une hypothèse à exclure, mais à l’échelle du Grand Paris… La maire de la capitale serait prête à discuter d’un péage « intelligent » avec des compensations comme ce qui se pratique aux Pays Bas. Mais aussi que les recettes du péage puissent financer le passage à la gratuité des transports en commun.

La Métropole européenne de Lille (MEL) qui se veut précurseure en la matière s’est déjà fortement penchée sur la question. Sans s’être définitivement prononcée pour ou contre le péage urbain tel que proposé dans l’avant-projet de loi, la MEL souhaite rester sur son projet de péage inversé, ou péage positif. L’idée est de rétribuer financièrement les automobilistes qui cesseraient d’utiliser leurs voitures sur les principaux axes d’accès à la métropole aux heures de pointe. « L’expérimentation de ce système, sur le même modèle que ce qui se fait à Rotterdam, sera lancée dès que la loi sera votée », a confirmé la métropole.

Un essai “presque” transformé à Montpellier, enfin presque… Le maire et président de la métropole Philippe Saurel (divers gauche), est l’un des rares à se dire favorable au projet d’un péage urbain, « mais il n’a aucun intérêt d’être appliqué à Montpellier. Le cœur de ville est piéton sur 103 hectares, l’Ecusson ne souffre pas de la pollution, il est épargné par un flot important et régulier de véhicules, précise l’élu. Je préfère mettre en place la ZFE, la zone à faibles émissions. »

Des villes pas convaincues

A la mairie de Toulouse, on explique comme à Paris que les péages urbains seraient discriminatoires pour les habitants de la banlieue et qu’il est préférable d’inciter les gens à prendre les transports en commun. L’adjoint aux déplacements, Jean Michel Lattes, évoque encore des   [...]

 

✎ Blogueur pro « Éditorialiste » Concepteur - Rédacteur web J.N.W. Le Guillou (Direction) | direction.jeannoel.leguillou@docjeanno.fr | Membre 20 Minutes.fr