Business illégal «La vermine gauchiste à tous les droits!» : Le passeur de migrants Cédric Herrou relaxé en appel par cette justice laxiste - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


jeudi 14 mai 2020

Business illégal «La vermine gauchiste à tous les droits!» : Le passeur de migrants Cédric Herrou relaxé en appel par cette justice laxiste

Le militant avait été condamné à quatre mois de prison avec sursis pour avoir convoyé quelque 200 clandestins de la frontière italienne jusqu’à chez lui.

Business illégal «La vermine gauchiste à tous les droits!» : Le passeur de migrants Cédric Herrou relaxé en appel par cette justice laxiste

Par : Auteurvaleursactuelles.com

C’est la fin d’un feuilleton judiciaire de plus de trois ans. Mercredi 13 mai, l’agriculteur Cédric Herrou, symbole de l’aide à l’immigration illégale, a été « renvoyé de toutes les poursuites à son encontre » par la cour d’appel de Lyon, rapporte notamment franceinfo. L’activiste était accusé d’avoir fait entrer en France quelque 200 clandestins, principalement érythréens et soudanais, depuis l’Italie en 2016, et d’avoir organisé un camp d’accueil.

Immunité humanitaire pour Cédric Herrou

L’affaire Herrou a fait couler beaucoup d’encre ces trois dernières années. Tout a commencé en août 2017, quand le passeur de migrants avait été condamné à quatre mois de prison avec sursis par le cour d’appel d’Aix-en-Provence. Mais cette peine avait été annulée en Cour de Cassation, et à cette occasion, le Conseil constitutionnel avait consacré, le 6 juillet 2018, le très controversé « principe de fraternité », selon lequel « une aide désintéressée aux migrants, qu’elle soit individuelle ou militante et organisée, ne doit pas être poursuivie ». Une sorte d’immunité humanitaire qui n’a pas empêché Cédric Herrou d’être rejugé en appel, le 11 mars dernier. À cette occasion, l’avocat général avait requis huit à dix mois de prison avec sursis contre le militant, qu’il avait qualifié de « hors-la-loi ». « Cédric Herrou n’avait pas un but exclusivement humanitaire, mais une revendication idéologique, militante », avait-il fait valoir   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub