Cédric Herrou, relaxé de toutes ses poursuites pour aide aux migrants par cette justice laxiste de gauche Française - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


mercredi 13 mai 2020

Cédric Herrou, relaxé de toutes ses poursuites pour aide aux migrants par cette justice laxiste de gauche Française

Cédric Herrou a été relaxé de "toutes les poursuites" à son encontre, mercredi, par la Cour d'appel de Lyon. Il était notamment poursuivi pour avoir favorisé "l'entrée illégale" de migrants en France.

Cédric Herrou,  relaxé de toutes ses poursuites pour aide aux migrants par cette justice de gauche Française

Par : infomigrants.net

"Je suis relaxé ! La solidarité n'est pas un délit et ne le sera jamais !" C'est avec ce cri du coeur publié sur sa page Facebook que le militant Cédric Herrou a annoncé sa victoire en justice, mercredi 13 mai. Le militant, symbole de l'aide citoyenne aux migrants, a été "renvoyé de toutes les poursuites" à son encontre par la Cour d'appel de Lyon. Celle-ci le rejugeait après une décision historique en 2018 du Conseil constitutionnel, validant le "principe de fraternité" et censurant partiellement le "délit de solidarité".

L'agriculteur militant de la vallée de la Roya, à la frontière franco-italienne, a également été dispensé de peine pour les faits d'installation en réunion sur le terrain d'autrui, en l'espèce une colonie désaffectée de la SNCF, qui ne faisaient pas l'objet du pourvoi.

Le délibéré devait être rendu le 15 avril mais il avait été reporté en raison du confinement décrété en raison de la pandémie de coronavirus. Lors de l’audience, en mars, l’avocat général Fabrice Tremel avait requis huit à dix mois de prison avec sursis contre Cédric Herrou estimant qu'il avait "admis à plusieurs reprises" s'être adonné à l’aide à l’entrée illégale sur le territoire français. "Il a fait le choix d’être, au sens propre du terme, un hors-la-loi", avait-il déclaré, jugeant que Cédric Herrou "n’avait pas un but exclusivement humanitaire mais une revendication idéologique, militante".

L'agriculteur avait saisi le Conseil constitutionnel après avoir été condamné en août 2017 à quatre mois de prison avec sursis par la Cour d’appel d’Aix-en-Provence pour avoir transporté quelque 200 migrants jusque chez lui où il avait organisé son propre camp d’accueil.

Le 6 juillet 2018, les "Sages" consacraient le "principe de fraternité" estimant qu'une "une aide désintéressée aux migrants, qu’elle soit individuelle ou militante et organisée, ne doit pas être poursuivie". Ils ont, par conséquent, validé "la liberté d’aider autrui, dans un but humanitaire, sans considération de la régularité de son séjour sur le territoire national". En cassation, la Cour a annulé en décembre 2018 la condamnation de Cédric Herrou, renvoyant l’affaire devant la cour d’appel de Lyon   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub