Coronavirus : Abus, mésinterprétations… Les très riches heures des PV en confinement - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


vendredi 8 mai 2020

Coronavirus : Abus, mésinterprétations… Les très riches heures des PV en confinement

Alors que les forces de l’ordre ont infligé près d’un million de contraventions pour non-respect du confinement depuis le 17 mars, une question se pose : pourquoi les PV ont-ils essaimé beaucoup plus facilement que l’approvisionnement en fournitures médicales ?

 Coronavirus : Abus, mésinterprétations… Les très riches heures des PV en confinement

Par : Eléonore de Vulpillières - valeursactuelles.com

Au bout d’un mois et demi de confinement, la lassitude se fait sentir. Il faudra cependant attendre la date fatidique du 11 mai pour espérer une évolution notable de la situation vers le déconfinement. Cependant, comme Edouard Philippe l’a martelé dans son allocution du 28 avril, tout relâchement de la part de la population pourrait déplacer cette date. Les Français transgressent-ils le confinement ?

Les près d’un million de contraventions distribuées en 50 jours pourraient le laisser penser. Cependant, on relève un florilège de PV dressés pour des motifs controversés. L’imprécision du décret laisse parfois le champ libre à des interprétations fantaisistes de la part des forces de l’ordre.

L’inventivité des forces de l’ordre

Le 30 mars, Romain Pigenel, directeur de la stratégie de l'Institut du monde arabe et ancien responsable de communication numérique de François Hollande s’indigne sur Twitter d’avoir été verbalisé pour un motif injuste. Il n'avait pas recopié tous les motifs sur son attestation de déplacement sur papier libre, en plus de celui concernant sa sortie, pour une raison médicale. Il interpelle la préfecture de police de Paris : « Confirmez-vous qu’il s’agit d’un motif valable ? » La réponse finit par tomber : « Non en effet il n’est pas nécessaire de recopier tous les motifs lorsque vous rédigez votre attestation de déplacement sur papier libre. » Cette anecdote n’est ni la première ni la dernière parmi les milliers que l’on peut lire sur   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub