Coronavirus : En refusant d’écouter Raoult, Macron a bousillé la France ! - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

jeudi 7 mai 2020

Coronavirus : En refusant d’écouter Raoult, Macron a bousillé la France !

Élites dirigeantes de ce pays, autorisez la chloroquine et rendez-nous notre liberté !

Coronavirus : En refusant d’écouter Raoult, Macron a bousillé la France !

Par : Jacques Guillemain - ripostelaique.com

Masques et chloroquine pour tous sont les atouts d’un déconfinement sans risque.

Ne comptons pas sur l’étude Discovery qui s’annonce comme un désastre, par manque de coopération entre pays européens. Quant aux autres études, elle arriveront trop tard.

Si vous aviez prescrit la chloroquine aux patients fébriles à la place du Doliprane, nous n’aurions jamais totalisé plus de 40 000 morts en hôpital, en Ehpad et à domicile.

Rendez d’abord la liberté de prescrire à nos médecins. Rendez-leur la liberté d’expression et le droit de défendre un traitement qui a fait ses preuves et qui guérit dans le monde entier.

Assez de décisions aussi incohérentes que totalitaires. Assez de mensonges criminels.

Assez de cette dictature élyséenne qui interdit aux médecins de respecter le serment d’Hippocrate et de soigner leurs patients.

Assez de ces menaces du Conseil de l’Ordre, qui font planer le risque de radiation pour les médecins qui osent braver l’interdit, en sauvant des vies avec un médicament efficace et connu !

Assez de ces délires d’experts, qui interdisent la chloroquine qui sauve des vies, mais autorisent le Rivotril qui euthanasie les patients.

Assez de ce confinement sans fin qui détruit la santé, le moral et l’économie du pays.

Rendez-nous nos plages, nos montagnes et nos forêts, injustement confisquées.

Rendez-nous nos églises et notre liberté de culte.

Rendez-nous nos familles interdites de visites.

Rendez-nous notre travail avant le naufrage définitif de notre économie.

Rendez-nous nos écoles, au lieu d’entretenir une rupture scolaire catastrophique pour notre jeunesse.

Rendez-nous nos musées, nos parcs, nos théâtres, nos cinémas, nos concerts, nos expositions, nos rencontres sportives, nos commerces, nos cafés, nos restaurants, nos fêtes et nos   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub