Coronavirus : Le Président Macron veut des frontières régionales, mais pas de nationales ! - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


mardi 12 mai 2020

Coronavirus : Le Président Macron veut des frontières régionales, mais pas de nationales !

C’est vrai qu’il ne sait pas quoi inventer pour emmerder les Français, le mouflet hystérique qui loge, à nos frais, à l’Elysée avec sa bourgeoise pédophile, depuis qu’une fausse majorité l’a placé à la tête de l’Etat !

Coronavirus : Le Président Macron veut des frontières régionales, mais pas de nationales

Par : Josiane Filio - ripostelaique.com

Parce que dans le genre démolisseur, depuis l’Histoire de France et ses nombreux héros (sans qui, lui comme nous, ne serions pas là aujourd’hui), à celle de notre service de Santé (hier un des meilleurs, aujourd’hui mort au champ de déshonneur), en passant par notre Culture qui serait inexistante, et ses accusations de « crimes contre l’humanité » déblatérée depuis l’étranger comme à son habitude… sans parler de la ruine de nos acquis sociaux qui sont prévus en fin de cette pandémie largement exagérée pour les justifier… il se pose un peu là le bonhomme !

Comme le sale gosse capricieux qu’il est, il s’y entend pour saccager les belles choses, acquises de longues dates et de longues luttes par nos aïeux, pour ruiner notre présent et aggraver la dette prétendue sociale, qui plane sur la tête de nos enfants… même ceux à naitre !

On peut le traiter de tous les noms d’oiseaux (qu’il mérite amplement), il n’empêche que, incompétent ou non, il fait remarquablement le job qui lui a été assigné par les mondialistes fous, qui ne pouvaient trouver mieux pour suivre leur machiavélique plan de désintégration des nations, au premier rang desquelles, cette France insoumise (la vraie, pas celle du fort en gueule Mélanchon) dont il fallait absolument briser l’insupportable orgueil national en la métamorphosant en moutons bêlants…

Sa dernière trouvaille en ce jour de prétendu « déconfinement », c’est de continuer à nous maintenir dans un semi enfermement, avec cette nouvelle laisse des 100 Km (à vol d’oiseau) autour de notre domicile, à ne surtout pas dépasser, ou sinon gare aux ennuis…

Le cadeau, ou présenté comme tel : plus besoin de présenter une autorisation de sortie, sauf si on dépasse la limite autorisée, où là il faudra produire un nouveau formulaire… entrant dans les nouveaux cadres… qui ont tellement mis de temps à être décidés que bien peu en comprennent le sens.

Ce qui fait dire avec son talent habituel, à Gabrielle Cluzel sur Bd Voltaire :

« Le précieux document reste cependant valable « au-delà », Édouard Philippe ayant précisé qu’il fallait absolument éviter les « brassages de population ». Une déclaration aux relents réactionnaires et même ségrégationnistes tout à fait contraire au vivre ensemble, poncif un peu moins à la mode, il est vrai, ces temps derniers, le mourir seul ayant pris le dessus. Rassurez-vous cependant, le politiquement correct est sauf, puisqu’il ne s’agit là que d’exclusion franco-française : interdiction est faite aux bouseux du Cantal de se mélanger aux ploucs du Berry. Chacun chez soi et les vaches – c’est-à-dire nous, ruminants nos inquiétudes – seront bien gardées. »

Moi qui ne suis rien, même pas bouseuse du Cantal ou du Berry, juste née dans le 9.3 quand c’était encore vivable, et adoptée par la région Occitanie, je n’ai pas tout bien compris, avec cette autorisation qui n’est plus utile mais qu’il faudra quand même présenter dans certaines occasions… comment la maréchaussée pourra-t-elle nous contrôler ?

Comment savoir si nous sommes dans la limite des 100 Km autorisés, autrement qu’en nous arrêtant… à un carrefour, au coup de sifflet ; simplement au vu de notre plaque minéralogique (qui pourtant ne comporte plus forcément le numéro du département) … et une fois arrêtés, seront ils capables, sur simple coup d’œil à notre carte d’identité, d’évaluer les   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub