Covid-19 & Confinement : Avec Macron, «l’open bar» pour les intermittents continue! - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


vendredi 8 mai 2020

Covid-19 & Confinement : Avec Macron, «l’open bar» pour les intermittents continue!

Année blanche pour les intermittents du spectacle, commandes culturelles publiques, fonds d’indemnisation… Pour répondre à la crise du secteur culturel mis à terre par la crise sanitaire, le président de la République fourmille d’idées.

Covid-19 & Confinement : Avec Macron, «l’open bar» pour les intermittents continue!

Par : Frédéric Paya - valeursactuelles.com

Reste (accessoirement) à les financer alors que les caisses de l’Etat sont désespérément vides.

La zone démilitarisée entre la Corée du nord et la Corée du sud est surement un terrain moins miné que celui de la culture. Ne serait-ce parce ce terme recouvre une catégorie de personnes bénéficiant le système de protection sociale le plus généreux en France : les intermittents du spectacle. Et qui s’y frotte s’y pique ! De nombreux gouvernements et ministres de la Culture l’ont appris à leurs dépens : s’attaquer aux 130.000 intermittents, c’est être un salaud de droite (on est forcément de gauche quand on est un artiste) ; c’est s’attaquer aussi à la culture (ou à une certaine vision, souvent subventionnée) ; c’est enfin avoir une vision rabougrie de la grandeur française (on en revient toujours à être de droite).

Avec la crise du Covid-19 et le confinement, musées, cinémas, théâtres et galeries ont fermé leurs portes : tous les spectacles, représentations, répétitions, expositions se sont brutalement arrêtées du jour au lendemain. De nombreux acteurs, techniciens, décorateurs – nos intermittents du spectacle – sont sur le carreau, dans l’impossibilité d’accumuler 507 heures de contrats sur les douze derniers mois pour avoir droit au chômage. Soyons honnête (ce qui n’est pas incompatible avec...   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub