Pandémie : La «gravité monstrueuse» du coronavirus est un «délire», affirme Didier Raoult - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


mercredi 6 mai 2020

Pandémie : La «gravité monstrueuse» du coronavirus est un «délire», affirme Didier Raoult

Le professeur Didier Raoult a émis quelques réserves sur la gravité de l’épidémie actuelle, affirmant que les taux de mortalité et la contagiosité du Covid-19 n’étaient pas extrêmes.

 Pandémie : La «gravité monstrueuse» du coronavirus est un «délire», affirme Didier Raoult

Par : fr.sputniknews.com

Le professeur Didier Raoult est revenu sur la gravité de l’épidémie de coronavirus, dans une vidéo réalisée par l'Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée, où il exerce ses fonctions.

Estimant que la pandémie touchait à sa fin, l’infectiologue s’est autorisé à tirer un premier bilan, soulignant les faibles taux de mortalité liés au Covid-19.

«Tout le délire autour de la gravité monstrueuse de cette maladie est déraisonnable. Ce n’est pas vrai. Globalement ça ne présente pas à la fin une surmortalité exceptionnelle. C’est grave chez les sujets déjà à risques, qu’il fallait essayer de détecter et de traiter le plus tôt possible», a-t-il ainsi expliqué dans cet entretien filmé.

Selon lui, l’épidémie prend une forme de cloche qui est «très banale, pour les maladies virales», soulignant qu’elle se comportait comme toutes les autres.

Et d’exprimer encore une fois ses doutes quant à un éventuel rebond.

«On voit qu’on s’approche de la fin. Les réanimations se vident, la mortalité diminue. Tout ça est en train de disparaître. Personne ne sait si ça réapparaîtra l’année prochaine».

Une faible contagiosité en fin de compte

Le professeur Didier Raoult a également avancé le faible taux d’hospitalisation des plus jeunes, estimant pour sa part ne pas avoir eu affaire à des «forme exceptionnelle de gravité chez l’enfant».

Selon l’infectiologue, la contagiosité du virus a été également surestimée, et s’avère moins importante que prévue   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub