Assa Traoré se prend les pieds dans le tapis du plateau de l’émission « Quotidien TMC » - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

mardi 16 juin 2020

Assa Traoré se prend les pieds dans le tapis du plateau de l’émission « Quotidien TMC »

Invitée de l’émission « Quotidien », présentée par Yann Barthès sur TMC, Assa Traoré, devenue l’icône des manifestations contre la police, a été prise en flagrant délit de mensonge, jeudi 11 juin.

Assa Traoré se prend les pieds dans le tapis du plateau de  l’émission « Quotidien TMC »

Par : bvoltaire.fr

Une éventuelle récompense d’un gendarme mis en cause

Moment de malaise palpable sur le plateau de « Quotidien », lorsque Assa Traoré prend à partie la journaliste de l’émission, Salhia Brakhlia, pour un sujet diffusé quelques jours plus tôt. La journaliste corrigeait alors les propos de la sœur d’Adama Traoré affirmant que « la France était pire que les États-Unis. Dans l’affaire George Floyd, les policiers ont été limogés. En France, ils sont récompensés et médaillés par le ministre de l’Intérieur. »

Une première contre-vérité démontée par la journaliste qui précise, durant son sujet, que « les six gendarmes décorés en 2017 par le préfet », dans la ville où avait été interpellé Adama Traoré un an plus tôt, n’étaient pas ceux mis en cause dans sa mort. Assa Traoré a donc voulu s’expliquer avec la journaliste.

« Si vous aviez fait votre travail correctement… »

En bonne donneuse de leçons, la sœur d’Adama Traoré a tenté de piéger la journaliste. « Vous avez eu tort, madame, si vous aviez fait votre travail correctement… » a-t-elle débuté, avant de citer en exemple l’un des gendarmes qui aurait « eu une promotion… un travail où il a été promu ». Dans le viseur également, la visite du ministre de l’Intérieur en 2016, Bruno Le Roux, à la gendarmerie de l’Isle-Adam et celle de Bernard Cazeneuve à Beaumont-sur-Oise. « Ils vont venir récompenser, saluer les gendarmes mis en cause dans la mort d’Adama Traoré », a-t-elle ajouté.

Sauf que ces accusations seraient fausses. « Ce n’était pas une récompense, c’était une visite, les gendarmes mis en cause n’ont pas été médaillés comme vous l’aviez dit », assure Salhia Brakhlia. Pas convaincue, Assa Traoré a demandé des sources, mais s’est de nouveau pris les pieds dans le tapis. « Le ministère de l’Intérieur et les autorités compétentes », a répondu la journaliste. Le présentateur de l’émission, Yann Barthès, a alors conclu en déclarant : « On ne prend pas la parole de tel ou tel camp, on essaie de faire notre travail au mieux, correctement, et Salhia le fait correctement. »   LIRE L'ARTICLE COMPLET


Bas Pub