Le clan Traoré porte plainte contre Marion Maréchal, à son tour leur cible - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

samedi 13 juin 2020

Le clan Traoré porte plainte contre Marion Maréchal, à son tour leur cible

L’ex-députée FN est à son tour la cible d’Assa Traoré, qui l’accuse de diffamation pour avoir dit que son frère et plus largement sa famille était des “délinquants”.

Le clan Traoré porte plainte contre Marion Maréchal

Par : valeursactuelles.com

Marine Le Pen, Julien Odoul, Jean-Jacques Bourdin… et maintenant Marion Maréchal. Le clan Traoré a décidé d’attaquer en justice tous ceux qui déclarent qu’Adama Traoré ou un membre de la famille est un « délinquant ». Dans une vidéo publiée sur le compte Twitter du collectif La Vérité pour Adama, Assa Traoré a ainsi annoncé qu’elle avait porté plainte contre Marion Maréchal pour « diffamation ». La sœur d’Adama Traoré reproche à l’ex-députée des propos tenus dans une vidéo virale, dans laquelle elle déclare notamment ne pas avoir à « s’excuser en tant que Blanche ».

Assa Traoré portera plainte « à chaque fois qu’une personne diffamera [sa] famille »

Dans cette vidéo, Marion Maréchal a également assuré qu’elle « refuserait de mettre un genou à terre », comme le font des milliers de personnes à travers le monde pour protester contre le racisme et les « violences policières ». « Moi non plus je ne déposerai pas le genou face à vous, Madame Le Pen, ni face à vos amis et collègues racistes qui incitent à la haine raciale », lui répond Assa Traoré. « Vous utilisez des termes populistes que vous ne maîtrisez même pas. Vous mentionnez un dossier juridique que vous ne connaissez même pas. Vous diffamez une famille. Une plainte est partie à votre encontre. A chaque fois qu’une personne diffamera ma famille, je porterai plainte. Et j’incite toutes les familles à porter plainte face à la haine », ajoute-t-elle.

La veille, Marion Maréchal avait déclaré qu’elle n’avait « pas à s’excuser pour la mort d’un délinquant, Adama Traoré, une mort accidentelle qui a eu lieu à la suite d’une interpellation qui n’était pas liée à sa couleur de peau, mais aux crimes qu’il aurait commis, lui et sa famille ». La directrice de l’ISSEP faisait ici référence au passé trouble du clan Traoré, et au fait qu’Adama Traoré a été interpellé lors d’une opération de police visant son frère Bagui, suspecté d’extorsion de fonds. Les jours précédents, Marine Le Pen et Julien Odoul avaient tenu peu ou prou les mêmes propos qu’elle, et avaient récolté la même sentence : des plaintes pour « diffamation »   LIRE L'ARTICLE COMPLET


Bas Pub