Quand Assa Traoré répandait sa “ propagande ” dans les lycées de Seine-Saint-Denis (93)

En 2019, la sœur d’Adama Traoré a engagé une sorte de tournée dans plusieurs lycées de la région. Le rectorat de Créteil a, depuis, interdit ces visites.

Quand Assa Traoré répandait sa propagande dans les lycées de Seine-Saint-Denis (93)

Par : valeursactuelles.com

Alors qu’en 2020, elle crie sa haine de la police devant des milliers de personnes, lors de manifestations organisées en hommage à son frère, en 2019, Assa Traoré circulait tranquillement dans les lycées de Seine-Saint-Denis pour y diffuser ses thèses racialistes. Selon Le Figaro, la sœur d’Adama Traoré a engagé l’année dernière une sorte de « tournée » dans les établissements Voillaume d’Aulnay-sous-Bois et Alfred Nobel de Clichy-sous-Bois en mai, et celui d’Angela Davis à Saint-Denis, sans que cela n’inquiète le ministère de l’Education nationale ou la préfecture.

Le comité Adama se congratule sur les réseaux sociaux

De vieux tweets du comité Adama ont en effet été déterré sur les réseaux sociaux. « Ce sont ces moments d’échanges sur le terrain qui donnent encore plus de sens à notre combat », se réjouissait par exemple le collectif, dans un message relayé par Le Figaro. « La jeunesse est si réceptive et motivée à se battre pour que la France soit plus juste et respectueuse des droits de chacun d’entre nous quelle que soit notre origine sociale, raciale, religieuse », poursuivait-il. Le site Fdesouche relaye également un tweet dans lequel le collectif La vérité pour Adama se réjouit qu’Assa Traoré poursuive « sa tournée dans les lycées de banlieue », en partageant des photos des élèves autour de la militante.

« Le passeport a été créé pour l’esclave noir »

Une démarche qui a de quoi inquiéter quand on connaît les arrangements d’Assa Traoré avec la vérité. Pas plus tard que lundi 22 juin, devant une fresque dénonçant les « violences policières », à Stains (Seine-Saint-Denis), la militante a par exemple affirmé que « le passeport français a été créé pour l’esclave noir ». Elle a également assuré que « quand l’esclave noir sortait dans la rue, on avait le droit de l’abattre ». Avant d’effectuer un parallèle douteux : « Adama Traoré sort dans la rue sans sa pièce d’identité, on l’abat. Un de nos frères sort dans la rue sans sa pièce d’identité, on peut l’abattre ». Pour elle, « ce ...   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Commentaires

Suivez nous sur :

Posts les plus consultés de ce blog

“ French Lives Matter ” : le site identitaire qui recense les crimes commis contre les “Français de souche” et alerte sur l’ensauvagement

[VIDEO] Afghanistan : un drapeau français sur un cercueil pour célébrer le départ des troupes occidentales

[RÉCAP ✔] Retrouvez avec nous les articles du lundi 18 avril 2022 sur 01topinfo.fr

[RÉCAP ✔] Retrouvez avec nous les articles du vendredi 22 avril 2022 sur 01topinfo.fr