Actu-politique : « Dangereuse ! » pour 2022, Ségolène Royal a failli être numéro deux du gouvernement - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


mercredi 8 juillet 2020

Actu-politique : « Dangereuse ! » pour 2022, Ségolène Royal a failli être numéro deux du gouvernement

Macron a pensé à son ex-ambassadrice des pôles pour le ministère de l’Ecologie afin de la neutraliser en vue de la prochaine présidentielle.

Actu-politique : « Dangereuse ! » pour 2022, Ségolène Royal a failli être numéro deux du gouvernement

Par : valeursactuelles.com

Ségolène Royal aurait pu être la numéro deux du gouvernement. Lundi 6 juin, Barbara Pompili est devenue la nouvelle ministre de la Transition écologique du gouvernement Castex, un portefeuille hiérarchiquement et symboliquement haut placé. Mais c’est bien l’ex-candidate à la présidentielle qui aurait pu hériter de cette tâche. En effet, selon les informations de L’Obs, Ségolène Royal a bien été approchée par Emmanuel Macron. Pas pour lui faire plaisir ou pour ses compétences intrinsèques, mais bien pour l’éloigner de la course à la présidentielle 2022.

Trop « disruptive » et « difficile à gérer »

« Ségolène est encore populaire auprès d’un certain électorat. Et puis c’est un secret de polichinelle qu’elle a l’intention de se présenter à l’élection présidentielle de 2022 », confie un proche du président de la République à L’Obs, estimant qu’« elle devenait dangereuse ». C’est le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian qui a été chargé de la contacter pour la sonder. Selon l’hebdomadaire, l’intéressée se serait dite prête à rejoindre le gouvernement, à condition d’en devenir… la numéro deux, en héritant du portefeuille de la Transition écologique. L’intégrer à l’équipe gouvernementale était un moyen parfait pour la neutraliser. Mais finalement, le chef de l’Etat a renoncé à ce projet, trouvant Ségolène Royal trop « disruptive », « difficile à gérer » et lui a préféré Barbara Pompili.

L’entourage de Ségolène Royal explique à L’Obs que ce revirement est notamment due à l’opposition du nouveau Premier ministre Jean Castex. Les proches de l’ex-candidate à la présidentielle regrettent d’ailleurs une « belle occasion » ratée pour Emmanuel Macron d’« inventer un nouveau chemin ». « Le coup aurait été génial. Ségolène était vraiment décidée à sauter le pas », explique l’un d’eux à l’hebdomadaire, expliquant qu’elle était « prête à jouer le jeu de l’unité nationale »   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub