Affaire Asselineau : un nouveau collaborateur porte plainte pour “harcèlement moral” et “agression sexuelle” - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


samedi 4 juillet 2020

Affaire Asselineau : un nouveau collaborateur porte plainte pour “harcèlement moral” et “agression sexuelle”

Le président de l’UPR est visé par une plainte d’un collaborateur pour “harcèlement moral au travail”, “harcèlement sexuel” et “agression sexuelle”.

Affaire Asselineau : un nouveau collaborateur porte plainte pour “harcèlement moral” et “agression sexuelle”

Par : valeursactuelles.com

Le fondateur de l’Union Populaire Républicaine, François Asselineau, assiste à une véritable révolution interne entamée en avril dernier. Le « candidat du Frexit » fait en effet l’objet d’accusations « entachant son honneur » et mettant en doute ses capacités à diriger le parti qu’il a lui-même fondé en mars 2007. Des accusations rendues publiques dans une lettre co-signée par plusieurs ténors du parti font état « de relations particulières et plus qu’insistantes sources de graves souffrances psychologiques » à l’égard de deux collaborateurs. Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire, le 15 mai, visant l’ancien candidat à la présidentielle.

« J’ai son corps sur moi. Ça dure une éternité »

Selon les informations de Libération, un nouveau collaborateur du président de l'UPR a porté plainte pour « harcèlement moral au travail », « harcèlement sexuel » et « agression sexuelle ». « J’ai son corps sur moi. Ça dure une éternité », a t-il confié à Libération. Le jeune homme, qui a travaillé entre septembre 2019 et mars 2020, en qualité à la fois d’attaché de presse et de chauffeur de François Asselineau, avait déjà saisi le bureau national du parti à ce sujet en janvier 2019. Selon les précisions du quotidien, les policiers de la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) ont entendu de nombreuses personnes.   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub