Camp de “soi-disant” migrants mineurs à Paris : «On restera ici tant qu’on n’aura pas obtenu de solutions pour ces jeunes» - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


samedi 4 juillet 2020

Camp de “soi-disant” migrants mineurs à Paris : «On restera ici tant qu’on n’aura pas obtenu de solutions pour ces jeunes»

Un campement de mineurs isolés étrangers a été installé en plein centre de Paris dans la nuit de lundi à mardi par des associations afin d'alerter sur la situation des mineurs en attente du résultat de leur recours. Les jeunes et les associations se montrent déterminés à poursuivre l'occupation des lieux, tant que des solutions de prise en charge ne sont pas apportées par les autorités.

Camp de “soi-disant” migrants mineurs à Paris : «On restera ici tant qu’on n’aura pas obtenu de solutions pour ces jeunes»

Par : L.C. | infomigrants.net

Le square Jules Ferry, situé à quelques pas de la place de la République, s'éveille doucement ce vendredi matin de juillet. Le calme et la sérénité qui règnent dans ce petit espace de verdure coincé entre deux boulevards parisiens feraient presque oublier qu'un campement de migrants, qui se disent mineurs, s'est installé ici.

L'ambiance est bon enfant : quelques jeunes, les yeux tout juste ouverts, prennent leur petit déjeuner distribué par des associations tandis qu'un autre groupe se forme pour aller faire leur toilette. Un peu plus loin, sous une grande tente installée pour l'occasion, une bénévole donne un cours de français à un autre migrant.

La vie s'organise au fur et à mesure des jours et chacun prend ses marques petit à petit. Les règles de vie en communauté trônent au point de réunion du campement, des sanitaires ont été installées par la Ville à l'entrée du site, des activités comme des matchs de football ou des cours de guitare sont prodiguées par les humanitaires pour occuper les jeunes.

"Rendre visible" les mineurs en recours

Ce campement composé de 75 personnes, qui se déclarent mineurs isolés étrangers (MIE), a été installé dans la nuit de lundi 29 juin au mardi 30 juin en plein centre de la capitale française par plusieurs associations - dont Médecins sans frontières (MSF), Utopia 56 ou encore Les Midis du Mie. Ces jeunes, majoritairement originaires d'Afrique de l'Ouest, étaient jusque-là pris en charge par les humanitaires. "Le but est de rendre visible ces enfants qui ont été déboutés de leur reconnaissance de minorité et qui attendent le résultat de leur recours sans être pris en charge", signale Yann Manzi, d'Utopia 56.

Quand un mineur n'est pas reconnu comme tel par l'Aide sociale à l'enfance (ASE), sous la responsabilité des départements, il ne peut prétendre à aucune aide de l'État. "Pendant le recours, le Conseil départemental estime que la personne est majeure et que ce n'est donc pas de sa responsabilité de la prendre en charge", déclare Corinne Torre, chef de mission France à MSF.

Résultat : en attendant le verdict de leur ...   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub