Coronavirus : Un infectiologue reconnaît “que le professeur Didier Raoult dit beaucoup de choses vraies” - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


lundi 6 juillet 2020

Coronavirus : Un infectiologue reconnaît “que le professeur Didier Raoult dit beaucoup de choses vraies”

Dans une interview accordée à L’Express, l'infectiologue de la Pitié-Salpêtrière Eric Caumes reconnaît que le célèbre professeur de l’IHU de Marseille reste une référence dans son domaine de compétence.

Coronavirus : Un infectiologue reconnaît “que le professeur Didier Raoult dit beaucoup de choses vraies”

Par : Auteurvaleursactuelles.com

Didier Raoult a ses admirateurs et ses détracteurs. Si la communauté scientifique se divise sur les observations du professeur de l’IHU de Marseille, ses compétences dans certains domaines bien précis font en revanche l’unanimité. « Le pire, c’est qu’il dit beaucoup de choses vraies. Quand il est dans son domaine de compétence, comme sur les tests, c’est très intéressant. En revanche, quand il bascule dans son domaine d’incompétence, comme sur les essais thérapeutiques… », souligne dans les colonnes de L'Express l'infectiologue de la Pitié-Salpêtrière Eric Caumes. Et d’ajouter : « C’est une illustration de la loi de Brandolini, qui explique que la quantité d’énergie nécessaire pour réfuter du baratin est beaucoup plus importante que celle qui a permis de le créer. On ne peut pas démonter le discours de Raoult, qui frise la mégalomanie, en une minute. »

« A la Salpêtrière, mon unité dédiée au Covid est pleine »

Au-delà de cette parenthèse sur le professeurs marseillais, Eric Caumes n’a pas caché son inquiétude sur un rebond de l’épidémie. « A la Salpêtrière, mon unité dédiée au Covid est pleine. Il n'y a jamais eu de disparition du virus, contrairement à ce que j'ai entendu dans les médias. Il continuait à circuler à bas bruit, et il y a toujours eu des malades hospitalisés pour cela. Mais récemment, des vols entre l'Algérie et la France ont été organisés avant que les frontières ne rouvrent officiellement. Il y avait des personnes contaminées à bord », explique-t-il. Et de préciser : « Depuis samedi dernier, nous avons des cas de binationaux qui sont probablement allés se confiner là-bas et ont été rapatriés. Cela pose la question du traçage et de l'isolement de l'ensemble des personnes qui ont voyagé avec eux, qui se trouvent maintenant disséminées sur le territoire et risquent de faire repartir l'épidémie ici, alors qu'elle est en plein boom au Maghreb. C'est en train d'exploser en Algérie, et la courbe est similaire au Maroc ».

Pour rappel, le bilan des clusters depuis le début du déconfinement est de 304 au 1er juillet 2020 (hors Ehpad et milieu familial restreint). Ce nombre reste stable sur les quatre dernières semaines. Au 1er juillet, 91 foyers sont en cours d’investigation, soit moins d’un tiers. 37% d’entre eux ont une criticité élevée, selon Santé publique France. 69% des foyers comportent plus de 5 cas de coronavirus   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub