Covid-19 : « Arrêtez de dire que je n’ai rien vu, j’ai tout vu », a clamé Agnès Buzyn devant les députés - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


mercredi 1 juillet 2020

Covid-19 : « Arrêtez de dire que je n’ai rien vu, j’ai tout vu », a clamé Agnès Buzyn devant les députés

Pendant plus de quatre heures lors de son audition par la Commission d’enquête, Agnès Buzyn a martelé que lors de son départ du ministère elle estimait que tout était mis en place pour que le système de santé soit prêt pour faire face à l’épidémie

Covid-19 : « Arrêtez de dire que je n’ai rien vu, j’ai tout vu », a clamé Agnès Buzyn devant les députés

Par : J.-L. D. & B.C. | 20minutes

L’ESSENTIEL

  1. L’ancienne ministre de la Santé, qui avait démissionné de son poste au début de l’épidémie en France, a été interrogée ce mardi par la Commission d’enquête de l’Assemblée nationale.
  2. « Arrêtez de dire que je n’ai rien vu, j’ai tout vu. En fonction, je n’ai à aucun moment sous-estimé le risque », a-t-elle dit en rappelant qu’elle avait commandé des masques et déclenché des plans en prévision d’une épidémie.
  3. « La gestion du stock ne revient pas à un niveau ministériel. Je n’ai pas pris la décision de la suppression des masques », a-t-elle indiqué, notant qu'elle avait commandé des masques après avoir découvert qu'il en manquait.
  4. « C’est la grande leçon de cette crise, c’est d’être à nouveau en capacité de produire et de diversifier » les sources de production de masques, a noté l’ancienne ministre, faisant référence à la production en Chine.

« Je ne veux pas refaire l'histoire »

En conclusion d'une audience intéressante mais répétitive, une ultime fois interrogée sur les failles de sa gestion de la crise, Agnès Buzyn soupire et refuse de lister les actions qu'ils aurait fallu entreprendre.

Brigitte Bourguignon, la présidente de la commission, gronde une dernière fois les députés qui voudraient revenir sur des points déjà abordés. Elle remercie Agnès Buzyn et donne rendez-vous aux députés demain, pour l'audition des anciennes ministres de la Santé Marisol Touraine et Roselyne Bachelot. C'est (enfin) fini pour cette audition, et pour ce live. Merci de nous avoir suivis.

L’ex-ministre de la Santé revient sur l’affaire des masques périmés

« La malchance c’est que cette épidémie est partie de Chine, elle serait partie de Thaïlande ça n’aurait pas été la même chose », a indiqué Agnès Buzyn, en référence à la production centralisée des masques en Chine.

Interrogée sur la distribution de masques périmés et leur destruction, Agnès Buzyn explique qu’une agence belge de certification a été sollicitée par Santé publique France sur cette question. Ils n’étaient pas adaptés au niveau des filtres pour les soignants. « Il y a eu une décision de destruction qui a été prise, sur une partie. Une autre question a ensuite été posée à cette agence, mais cette fois-ci pour savoir s’ils étaient suffisamment filtrants pour la population générale », a-t-elle expliqué pour justifier la distribution de masques périmés, notamment dans le Lot ...   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub